DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Italie : un plan d'austérité en suspens pour enrayer l'inquiétude des marchés

Vous lisez:

Italie : un plan d'austérité en suspens pour enrayer l'inquiétude des marchés

Taille du texte Aa Aa

Les députés italiens doivent voter ce vendredi le plan d’austérité présenté par le gouvernement. Un plan qui a déjà été adopté ce jeudi par les sénateurs. Ce programme de rigueur est censé apaiser les tensions qui règnent sur les marchés financiers. Depuis une semaine, l’Italie est dans le collimateur des investisseurs qui s’inquiètent du poids de la dette publique italienne.

Pour convaincre les sénateurs d’adopter le plan de rigueur, le ministre italien de l’Economie et des Finances, Giulio Tremonti, a expliqué qu’il n’y avait pas le choix : “soit on va de l’avant, soit on coule. Et cela vaut pour toute l’Europe. Il ne faut pas imaginer qu’on peut s’en sortir tout seul. A l’instar du Titanic, ce n’est pas parce qu’on est un passager en première classe qu’on va être sauvé”.

Parmi les mesures avancées pour réduire le déficit public, il y a, entre autres, une série de privatisations ainsi que le gel des salaires et des embauches des fonctionnaires. L’opposition a voté contre. Giorgio Tonini, sénateur du parti démocrate (PD) s’en explique : “la seule chose que le gouvernement ait à faire pour le bien de l‘économie, c’est de démissionner et de laisser la place à une nouvelle équipe”.

Le pays le plus exposé aux turbulences des marchés, c’est la Grèce. Sa note souveraine a été à nouveau dégradée mercredi, mais le ministre grec des Finances, Evangelos Venizelos veut croire en la solidité du système bancaire : “en regardant mes compatriotes droit dans les yeux et sachant très bien leurs inquiétudes, je peux vous assurer qu’il n’y a aucun problème avec notre système bancaire”, a-t-il affirmé au cours d’un débat parlementaire.

Les autorités européennes doivent annoncer ce vendredi les résultats des tests de résistance qu’ont subi 91 banques. Un verdict très attendu par les investisseurs qui y verront la capacité des banques à traverser une éventuelle nouvelle récession économique.