DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Scandale Murdoch : Rebekah Brooks, sacrifiée à son tour

Vous lisez:

Scandale Murdoch : Rebekah Brooks, sacrifiée à son tour

Taille du texte Aa Aa

Elle était surnommée “la reine des tabloïds”.

Rebekah Brooks, 43 ans, la directrice de la branche britannique du groupe de presse Murdoch, a démissionné suite au scandale des écoutes téléphoniques. Considérée par Rupert Murdoch comme son septième enfant, la “chouchou” est remplacée par Tom Mockridge, directeur général de Sky Italia, filiale du groupe. Mardi,

Rebekah Brooks comparaîtra devant les députés britanniques, avec Rupert Murdoch et son fils James, président de News International, désormais en première ligne.

“Je suis satisfait que Rebekah Brooks ait finalement accepté la responsabilité de ce qui s’est passé alors qu’elle était rédactrice en chef de News of the World, les écoutes téléphoniques de Milly Dowler par exemple, a déclaré Ed Miliband, le chef du parti travailliste. Quand j’ai réclamé sa démission il y a 10 jours, je ne pensais pas juste à une personne mais à toute la culture de cette entreprise.”

Mais le mal est fait pour la famille de Milly Dowler, cette jeune fille assassinée dont le portable a été piraté.

“C’est trop tard, regrette Mark Lewis, leur avocat, ça aurait du arriver la semaine dernière, voire des années plus tôt. Elle était rédactrice en chef, c’est sous sa direction que le téléphone des Dowler a été écouté, elle le savait.”

News of the World n’a pas résisté au scandale. Le tabloïd a disparu dimanche, fragilisant de fait la crédibilité des autres titres du groupe Murdoch.