DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un plan d'austérité contesté en Italie

Vous lisez:

Un plan d'austérité contesté en Italie

Taille du texte Aa Aa

Le parlement italien a adopté définitivement ce vendredi un plan d’austérité de 48 milliards d’euros, destiné à enrayer la contagion de la crise de la dette dans la zone euro, alors qu’un sommet extraordinaire de ses dirigeants a été convoqué pour le 21 juillet.

Le chef du gouvernement Silvio Berlusconi s’est félicité de ce vote qui a-t-il dit, rend l’Italie plus forte même si les inconnues de la crise économique demeurent.

Le plan est en revanche critiqué par l’opposition. Selon Antonio Di Pietro, Berlusconi a fait cette loi budgétaire en pensant à lui, et il faudra que le prochain gouvernement la change, pour le bien du pays, a-t-il dit.

Le plan d’austérité prévoit entre autres un gel des salaires et des embauches de fonctionnaires, l’instauration d’un ticket modérateur, et des suppressions de déductions fiscales. Selon ces manifestants à Rome, ces mesures frappent avant tout les plus faibles et les plus pauvres.

Une manifestante qui se dit très insatisfaite du gouvernement, explique : “j’ai la sensation dit-elle, que l’on est train de m’arracher des morceaux de moi même. Cela me donne l’impression que l’Italie est un beau et grand pays dans lequel on ne peut plus vivre correctement”.

Ce plan de rigueur doit tenter d‘équilibrer les comptes publics italiens et ainsi alléger un peu le coût de la colossale dette publique de l’Italie, de 1900 milliards d’euros soit 120 % de la richesse nationale, après une semaine où elle a été fortement attaquée sur les marchés.