DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un volet américain dans le scandale des écoutes téléphoniques ?

Vous lisez:

Un volet américain dans le scandale des écoutes téléphoniques ?

Taille du texte Aa Aa

Le magnat de la presse Rupert Murdoch se voit un peu plus pousser dans ses retranchements. Ce n’est plus seulement en Grande-Bretagne que son groupe médiatique est critiqué mais aussi aux Etats-Unis. Le FBI a en effet ouvert ce jeudi une enquête pour savoir s’il y a eu ou non des écoutes téléphoniques de la part de journalistes appartenant au groupe News Corp. Certains de ces journalistes seraient soupçonnés d’avoir espionné des famille de victimes des attentats du 11 septembre.

Rupert Murdoch se défend, au travers d’une interview publiée dans le Wall Street journal. Il estime “bien gérer” cette crise et affirme faire tout le nécessaire pour démontrer “l’intégrité de (son) entreprise au yeux du grand public”. “Je pense que le mieux, c’est d‘être aussi transparent que possible”, affirme-t-il. Il a ainsi accepté de comparaître la semaine prochaine devant une commission d’enquête parlementaire à Londres.

Therese Coffey, députée britannique, membre de la commission d’enquête, souhaite que cela permette d’aller au fond des choses. Et de souligner au passage l’attitude positive de Rupert Murdoch qui, dit-elle, “aurait très bien pu refuser de venir s’expliquer”.

L’audition de Rupert Murdoch et de son fils aura lieu mardi prochain à Londres.

Depuis le début de ce scandale des écoutes téléphoniques, le groupe News Corp. a dû se résoudre à fermer le tabloïd News of the World, à l’origine de l’affaire. Il a aussi été contraint de retirer son offre d’achat du bouquet de chaînes satellitaires BskyB.