DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Moscou et Berlin en bons termes après la controverse sur le prix Quadriga

Vous lisez:

Moscou et Berlin en bons termes après la controverse sur le prix Quadriga

Taille du texte Aa Aa

La polémique autour du prix allemand Quadriga n’aura aucune conséquence sur les relations entre la Russie et l’Allemagne. C’est ce qu’affirme le porte-parole du premier ministre russe. Manière de calmer les esprits à deux jours de l’ouverture d’un sommet à Hanovre entre la chancelière allemande et Vladimir Poutine. Le comité a renoncé à le récompenser après le tollé provoquée par sa décision.

Le Quadrigua distingue un travail en faveur des libertés et de la démocratie. A Moscou, certains ne voient pas pourquoi on ne remet pas ce prix au premier ministre russe. “Certains disent que Poutine en tant que représentant de la Russie ne mérite pas cette distinction parce qu’il y a beaucoup de problèmes en Russie, mais je ne crois pas que ce soit une bonne raison,” souligne un moscovite. “Il y a aussi beaucoup de problèmes dans d’autres pays : en Allemagne, aux Etats-Unis… Pour moi, ce n’est pas une raison sérieuse et convaincante.”

Une autre au contraire pense, “qu’il est trop tôt pour attribuer ce prix à Poutine parce que,” dit-elle, “c’est l’anarchie partout dans ce pays.”

Au coeur des protestations contre cette récompense promise à Vladimir Poutine : son bilan controversé en matière de droits de l’homme.

L’ancien président tchèque Vaclav Havel, lauréat en 2009, avait menacé de rendre son prix.