DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ecoutes téléphoniques : Cameron pourrait écourter sa tournée africaine

Vous lisez:

Ecoutes téléphoniques : Cameron pourrait écourter sa tournée africaine

Taille du texte Aa Aa

Le scandale des écoutes téléphoniques présumées contraint le Premier ministre britannique David Cameron à écourter sa tournée en Afrique. Le chef du gouvernement est un proche de Rebekah Brooks, l’ancienne rédactrice en chef du tabloid “News of the world” arrêtée dimanche puis libérée sous caution. Il envisage à présent une réunion d’urgence du Parlement pour faire le point mercredi.
 
L’affaire a déjà eu raison du chef de Scotland Yard. Paul Stephenson a présenté sa démission hier en raison des liens entre la police et News International, la filiale britannique du groupe de Rupert Murdoch.
 
“ J’ignorais l‘étendue de cette méthode honteuse et la façon répugnante dont étaient sélectionnées les victimes” a-t-il toutefois tenu à préciser.
  
L‘élément déclencheur de cette démission a été la révélation qu’il avait séjourné dans un établissement thermal de luxe dont l’un des conseillers en communication n‘était autre que Neil Wallis, ancien rédacteur en chef adjoint de “News of the world”.
  
Quant à Rebekah Brooks, elle pourrait être interrogée dès demain par la commission des médias du parlement.
  
scandale des écoutes téléphoniques présumées pourrait contraindre le Premier ministre britannique David Cameron à écourter sa tournée en Afrique si l’on en croit la presse d’aujourd’hui outre-Manche. Le chef du gouvernement est un proche de Rebekah Brooks, l’ancienne rédactrice en chef du tabloid “News of the world” arrêtée dimanche puis libérée sous caution.
 
L’affaire a déjà eu raison du chef de Scotland Yard. Paul Stephenson a présenté sa démission hier en raison des liens entre la police et News International, la filiale britannique du groupe de Rupert Murdoch.
 
“ J’ignorais l‘étendue de cette méthode honteuse et la façon répugnante dont étaient sélectionnées les victimes” a-t-il toutefois tenu à préciser.
 
L‘élément déclencheur de cette démission a été la révélation qu’il avait séjourné dans un établissement thermal de luxe dont l’un des conseillers en communication n‘était autre que Neil Wallis, ancien rédacteur en chef adjoint de “News of the world”.
 
Quant à Rebekah Brooks, elle pourrait être interrogée dès demain par la commission des médias du parlement.