DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rétromachine : la Birmanie perd Aung San

Vous lisez:

Rétromachine : la Birmanie perd Aung San

Taille du texte Aa Aa

Le 19 juillet 1947 le général Bogyoke Aung San, leader de l’indépendance de la Birmanie et Premier ministre de fait, est assassiné ainsi que six de ses ministres et deux personnes de son entourage. U Saw, ancien Premier ministre, est accusé de son assassinat et pendu.
Aung San s’engage en politique par opposition au pouvoir britannique en Birmanie alors qu’il est étudiant. Il est nommé à la tête de l’armée lorsque les Japonnais prennent le contrôle du pays pendant la seconde guerre mondiale. Il finit par s’aligner avec les Alliés pour chasser les Japonnais hors du pays.
Aung San mène ensuite la lutte pour l’indépendance complète de la Birmanie et la négocie avec succès avec les Britanniques en 1947. Il dirige alors un gouvernement de transition qui doit durer jusqu‘à l’indépendance mais il est assassiné six mois avant que le traité ne prenne effet. Sa fille Aung San Suu Kyi, qui avait deux ans à sa mort, perpétue depuis sa lutte pour la démocratie en Birmanie malgré de nombreuses assignations à résidence par la junte militaire au pouvoir. Elle a obtenu le Prix Nobel de la Paix en 1991. Son père reste un symbole de l’indépendance birmane et de nombreuses statues ont été érigées en sa mémoire à travers tout le pays.

D’autres 19 juillet : Marie Tudor devient reine d’Angleterre (1553) ; la ligne 1 du métro parisien est inauguré (1900) ; les Sandinistes prennent le pouvoir au Nicaragua et Simone Veil est élue présidente du Parlement européen (1979) ; le juge anti-mafia Paolo Borsellino est tué dans l’explosion d’une voiture piégée à Palerme en Sicile (1992).

Né(e)s un 19 juillet : l‘écrivaine française La Comtesse de Ségur (1799), l’inventeur américain Samuel Colt (1814), le peintre français Edgar Degas (1834), le cinéaste d’animation Max Fleischer (1883), le musicien britannique Brian May (1947).