DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rupert Murdoch, le faiseur de roi

Vous lisez:

Rupert Murdoch, le faiseur de roi

Taille du texte Aa Aa

C’est un peu l’historie de l’arroseur-arrosé. Rupert Murdoch, le tout puissant magnat de la presse, devenu la cible numéro un des médias et d’une opinion publique en colère. Rupert Murdoch obligé de faire ses excuses… Une image bien éloignée de celle qu’il s’est construite durant des décennies, celle d’un patron de fer, motivé uniquement par le profit et le pouvoir.

A la tête d’un véritable empire médiatique transnational, Murdoch se targue d’avoir fait élire la plupart des Premiers ministres britanniques depuis les années 70. Il soutient tantôt les Conservateurs, tantôt les Travaillistes puis revient vers les Conservateurs quand le New Labour de Tony Blair et Gordon Brown entre en déclin. Patrick Wintour, journaliste au Guardian, revient sur cet épisode : “ Voilà comment la presse de Murdoch a tendance à fonctionner : elle réalise qui va remporter la prochaine élection ou qui est susceptible de la gagner puis elle le soutient. Au Congrès du parti Travailliste, le Sun avait affiché publiquement qu’il laissait tomber Gordon Brown pour soutenir David Cameron. Cette presse joue avec son pouvoir de manière arrogante ».

En mai 2010, le tout nouveau Premier ministre, David Cameron, ne tarde pas à recevoir au 10 Downing Street le magnat des médias pour le remercier de son soutien durant la campagne. Il reçoit par ailleurs plusieurs fois d’autres dirigeants de News Corp, dont Rebekah Brooks, la reine des tabloïds, avec qui il est ami. Encore plus embarrassant, David Cameron embauche dans son équipe Andy Coulson qui n’est autre que l’ancien rédacteur en chef de News of The World : « Le plus grand défi qui l’attend est d’expliquer pourquoi, contre l’avis d’un certain nombre de personnes, il a choisi de nommer l’ancien rédacteur en chef de News of The World comme directeur de sa communication. Il ne l’a pas nommé uniquement à la direction de la communication du parti Conservateur. Il a emmené aussi au 10 Downing street quand il a remporté l‘élection », raconte Patrick Wintour


View Rupert Murdoch's empire in a larger map

Rattrapé par l’affaire des écoutes téléphoniques, Andy Coulson avait dû démissionner en janvier de son poste de directeur de communication. Il avait été arrêté en juillet par la police puis libéré sous caution.