DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une page se tourne après une traque bien difficile

Vous lisez:

Une page se tourne après une traque bien difficile

Taille du texte Aa Aa

L’arrestation de Hadzic constitue la dernière ligne droite d’une délicate collaboration entre la diplomatie à Bruxelles, et la justice à la Haye.

Dix-huit ans de négociations, de traques sur le terrain et de conflits avec les services de securité nationaux, pour parvenir à la capture et à la traduction devant la justice de 161 suspects, inculpés de crimes de guerre en ex-Yougoslavie au debut des annés 1990.

Sur le banc des accusés du TPI, de hauts responsables serbes, de Milosevic en passant par Mladic. Mais aussi des Croates, à l’image de général Ante Gotovina.

L’ancien commandant de l’“Opération Tempête” a écopé il y a quelques mois de 24 ans de prison pour crimes de guerre. Condamné entre autres pour son rôle dans la mort d’au moins 150 civils serbes en Krajina, en 1995.

Une condamnation qui ouvre les portes de la Croatie à l’adhésion à l’UE et donne aussi des idées à la Serbie, dans sa traque des criminels en fuite.

En 2006, l’Union Européenne multiplie les pressions, et bloque toujours les négociations pour l’adhésion de Belgrade. Après la capture de Milosevic suivie par des années d’immobilisme, Belgrade est à son tour au pied du mur.

Au total, 44 anciens responsables serbes auront été jugés par le TPI. Le soutien de l’UE et du tribunal de la Haye à la Serbie est amorcé…

“La Serbie avance pour faire face aux problèmes du passé et se dirige vers l’avenir. Un avenir, qui je crois, jouit d’une forte perspective européenne, déclare Catherine Ashton, chef de la diplomatie européenne.”

“La Serbie a maintenant donne des preuves visibles que la coopération avec le TPIY n’est pas une promesse vide de sens, mais un véritable engagement, et nous nous réjouissons de l’aide cruciale de la Serbie dans nos travaux en cours, affimre de son côté Frederic Swinnen, conseiller spécial du procureur de la Haye.”

Avec l’arrestation de Mladic et Hadzic, une page sombre de l’histoire est en train d‘être tournée. Peut-être aussi le début de la fin du tribunal pénal pour l’ex-Yougoslavie.