DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Galibier : juge de paix du Tour 2011 ?

Vous lisez:

Le Galibier : juge de paix du Tour 2011 ?

Taille du texte Aa Aa

C’est là que s’achèvera ce jeudi la 18e étape du Tour de France, à 2645 mètres d’altitude.

Le Galibier, une ascension interminable, classée hors catégorie, et considérée comme le juge de paix de ce Tour 2011 si disputé.

Bernard Thévenet, double vainqueur de la Grande Boucle, connaît évidemment très bien ce monstre sacré : “Le Galibier, c’est un col mythique. C’est un grand col qui a toujours fait peur à tous les coureurs. Parce que c’est très long, c’est très dur, et qu’il a toujours été sélectif.”

Le Tour de de France revient donc sur le Galibier, 100 ans après la première ascension sous l’impulsion de l’ancien champion Français Henri Desgrange. Un passage toujours aussi redouté par les coureurs. Et pourtant, depuis un siècle les vélos se sont considérablement allégés et les conditions de course ont bien changé.

“Les premières années où ils sont passés, en 1911 par exemple, c‘était quelque chose d’abominable. Il y avait un sentier, ce n‘était pas une route. Les gens passaient là pour aller travailler dans les champs. Il y avait des ornières, des cailloux, de la boue. La plupart des coureurs étaient obligés de monter une bonne partie à pied” explique Bernard Thévenet.

Arrivée donc au sommet du Galibier ce jeudi, ce sera la première fois de l’histoire de la Grande Boucle. Et comme si cela ne suffisait pas, les coureurs repasseront le col du Galibier le lendemain.

Contador, Evans, les frères Schleck, tous les favoris vont devoir se montrer forts et déterminés, la moindre défaillance pourra leur être fatale. Bernard Thevenet qui avait jeté l‘éponge en 1974 dans le Galibier sait de quoi il parle : “celui qui aura une défaillance dans la première journée, je ne pense pas qu’il puisse rattraper le terrain le lendemain. Le Galibier, c’est quelque chose de très dur. C’est très long, donc il faut bien savoir gérer son effort. Il faut surtout bien savoir finir, parce que les derniers kilomètres sont vraiment très durs, aussi bien dans l’arrivée du jeudi que dans le passage du vendredi.”

Et puis bien sûr il y a la météo. Le vent peut être terrible en haut du Galibier. 200 cyclotouristes bloqués par la neige ont dû être évacués par les pompiers dimanche dernier.

Pour l’heure, les prévisions météo sont plus clémentes, mais le thermomètre pourrait flirter avec les 5 degrés, et quelques flocons ne sont pas à exclure.