DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le soulagement n'est pas total pour le Grec de la rue

Vous lisez:

Le soulagement n'est pas total pour le Grec de la rue

Taille du texte Aa Aa

Les Grecs se montrent en grande partie réalistes.

Le deuxième plan d’aide de la zone euro et du FMI, d’un montant de 159 milliards d’euros, ne leur évitera pas de “se serrer la ceinture” au quotidien. La plupart des journaux du pays, qui évoquent un “gilet de sauvetage” ou une “bouffée d’oxygène”, estiment toutefois qu’il s’agit d’un pas important dans la bonne direction. “C’est un grand soulagement pour l‘économie grecque, n’a pas caché le ministre des Finances Evangélos Vénizélos, et ce soulagement va se faire sentir petit à petit dans l‘économie réelle. Mais cela ne veut aucunement dire que nous devons relâcher nos efforts”.

A Athènes, on a coutume de dire que le meilleur travail reste celui de tenir un café. Mais même dans ce secteur, la crise frappe. “Depuis le début de la crise, on a perdu 70% de notre chiffre d’affaires, déplore un propriétaire de bar. Depuis trois ans, chaque nouvelle année est pire !” “Je n’ai pas d’espoir, d’après ce que je vois et que j’entends, réagit un client. Les journalistes disent ce qu’ils veulent, mais on ne peut croire personne”. D’autres Grecs font de l’autocritique, et sont plus reconnaissants envers les autorités. “Le gouvernement est en train de faire ce qui doit être fait. Mais nous, les citoyens, nous ne faisons pas ce qu’il faut, nous n’acceptons pas la réalité et, donc, nous n’agissons pas pour nous sortir de cette situation. Le poids va maintenant nous retomber dessus !” “Le nouveau plan d’aide est une avancée positive, pense aussi un autre homme. La Grèce est dans une position difficile, et les autres pays européens ne doivent pas être mis en difficulté pour ça. Les Grecs sont responsables”.