DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Interdiction du voile intégral en Belgique : la contre-attaque des porteuses

Vous lisez:

Interdiction du voile intégral en Belgique : la contre-attaque des porteuses

Taille du texte Aa Aa

Nous l’appelerons Selema. Cette femme a choisi de défier la loi interdisant le port du voile intégral en Belgique. Cette loi est entrée en vigueur le week-end dernier. Mais Selema, qui porte le niqab depuis le mariage, ne compte pas s’y soumettre. Elle nous dit pourquoi :

“ Comme on ne m’a pas forcée à le mettre, je ne comprends pas pourquoi on va me forcer à le retirer. Je ne serai plus une femme libre. Je serai emprisonnée par cette loi. On ne peut pas nous pénaliser parce qu’on a fait un choix vestimentaire. Je suis une mère de famille épanouie. J’ai des responsabilités à l’extérieur de mon foyer. Et pour tout ça, il est important que les choses changent, que cette loi soit annulée. “

On estime à 270 le nombre de femmes qui portent le niqab ou la burqa en Belgique. Deux d’entre elles ont saisi la Cour constitutionnelle pour réclamer l’annulation de cette loi. Leur avocate, Inès Wouters, a déposé le dossier ce mardi. Elle dénonce une mesure discriminatoire :

“ Nous attendons une annulation de la loi parce qu’un certain nombre de libertés fondamentales sont en danger. C’est la liberté de religion, la protection de la vie privée. Légiférer sur les matières vestimentaires touche tout le monde en réalité, et pas que les femmes musulmanes, bien qu’elles en soient la cible. Donc, c’est la liberté d’expression, de bouger sur l’espace public, la liberté de religion, la liberté personnelle qui sont toutes des libertés fondamentales qui sont à la base de l’Europe. “

C’est à la quasi-unanimité que les parlementaires belges ont voté cette législation. Denis Ducarme, du Mouvement réformateur, est l’un de ses initiateurs. Il invoque l’argument sécuritaire :

“ Nous considérons qu’en matière de sécurité, il est tout à fait inadmissible de voir un certain nombre de personnes sortir masquées dans la rue, ne pas être identifiables. C’est évidemment le premier élément. Le second élément est lié à ce que nous considérons être la nécessaire égalité homme-femme. “

Après la France, la Belgique est le deuxième pays européen à interdire le voile intégral. “ Par crainte d‘être verbalisées ou placées en détention, ajoute notre correspondante Galina Polonskaya, celles qui ont choisi de ne rien changer restent chez elles. Elles attendent la décision de la Cour constitutionnelle. La première audience aura lieu en septembre. “