DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Norvège: "vos enfants n'ont qu'à appeler eux-mêmes"

Vous lisez:

Norvège: "vos enfants n'ont qu'à appeler eux-mêmes"

Taille du texte Aa Aa

Des milliers de fleurs pour rendre hommage aux victimes et apaiser les coeurs meurtris. Tandis que d’autres témoignages racontent encore l’horreur qui s’est répandu sur l‘île d’Utoeya, des Norvégiens continuent de se recueillir à Oslo.

“Je pense que ce qui s’est passé a uni les gens. Nous prenons tous position ensemble en faveur de la paix et de la démocratie”, estime Rati Goel, une jeune femme.

Maria Sanchez est Espagnole et travaille à Oslo. Elle souligne “qu’un seul homme ne peut pas mettre un terme à une façon de vivre ici en Norvège. Je pense que c’est important.”

On pourrait croire que seuls les fleuristes se frottent les mains vu le nombre impressionnant de roses déposées à Oslo. Mais ce n’est pas le cas de Sezar Kayri qui vend 20 voire 30 fois plus de fleurs que d’habitude. Une situation qu’il n’a jamais connue. Il aurait préféré que ces fleurs servent pour un évènement heureux plutôt que pour une tragédie. “Nous gagnons beaucoup d’argent, Mais, j’aurais aimé que cette tragédie n’ait pas lieu.

Parmi les nouveaux témoignages qui alimentent les critiques envers les policiers, celui d’un père de deux adolescents qui étaient à Utoeya. Selon lui, quand il a averti la police au sujet de la fusillade, on lui a rétorqué que “ses enfants n’avaient qu‘à appeler eux-mêmes”.

Un autre père qui a perdu une fille a raconté à l’AFP que la police lui avait dit “c’est à Oslo que ça se passe”, quand il les a prévenus de la fusillade.

Avec AFP