DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Amy Winehouse : chronique d'une descente aux enfers

Vous lisez:

Amy Winehouse : chronique d'une descente aux enfers

Taille du texte Aa Aa

La mort d’Amy Winehouse dont le corps sans vie a été retrouvé à son domicile londonien le 23 juillet dernier a provoqué une onde de choc auprès de ses fans, de sa famille mais aussi dans le monde de la musique.

L’inquiétude gagnait ses proches depuis un certain temps, et surtout ces dernières années où elle avait entamé une véritable descente aux enfers.

Lesley Alexander, euronews :

“Neil Sean, journaliste spécialisé dans le showbusiness est en duplex depuis Londres. Une certaine hypocrisie règne depuis la mort d’Amy Winehouse. Tout le monde salue son talent. Pourtant, depuis des années, les tabloïds font leur choux gras avec son style de vie chaotique et auto-destructeur.”

Neil Sean, journaliste spécialisé :

“Vous avez mis dans le mille. Ce qui est vraiment intéressant, c’est ce revirement rapide. Si on se souvient bien, il y a deux ou trois ans, un tabloïd affichait une grande photo d’Amy dans un piteux état en une avec ce titre : “s’il vous plaît, que quelqu’un lui vienne en aide !” Comme si le fait d’ajouter ce commentaire était nécessaire. Et puis là voilà subitement comparée à des légendes comme Billie Holliday ou Edith Piaf. Je pense que beaucoup de journalistes ont fait fortune avec cette malheureuse. Et peut-être que certains se demandent maintenant qui sera la prochaine personne sur la liste, puisque visiblement les gens aiment les victimes.”

euronews :

“Il y en a certainement beaucoup dans l’univers des tabloïds. Beaucoup de ses fans sont des adolescents vulnérables. Et ce sont eux qui semblent admirer ce mode de vie, fait d’alcool et de drogues en tout genre. Il suffit de voir les cadeaux déposés devant sa maison. Pas uniquement des fleurs mais aussi des cigarettes et de la vodka !

Neil Sean:

“Amy elle-même a en quelque sorte incité les tabloïds à s’intéresser à elle. Je ne suis pas trop surpris que ces gens, à l’extérieur de sa maison, fassent ce type de dons plutôt étranges, ces même dons qui ont conrtibué à sa mort. Quand des légendes comme Marylin Monroe ou Valentino Rudolf ont trouvé la mort, les gens se contentaient de pleurer et de laisser des messages de condoléances, des fleurs ou des bougies. Pas avec Amy. C’est très étrange.”

euronews :

“Les drogues bien sûr ont toujours entouré le monde de la pop, mais la différence aujourd’hui, Neil, est que les choses se font plus ouvertement, il suffit de voir les tabloïds, ou YouTube. C’est une partie du problème à votre avis ?”

Neil Sean :

“Nous vivons aujourd’hui dans un monde où les médias sont plus accessibles. Les gens savent exactement quoi faire. N’importe qui peut filmer une célébrité à la dérive avec son téléphone, peu importe le résultat, et mettre la vidéo sur internet. Ce qui signifie que les stars ne sont pas à l’abri, même quand leur attitude n’est pas très “glamour”. Mes pensées vont surtout à ses parents, parce Mitch et Janice ont vraiment tenté de faire de leur mieux. Ce sont juste des parents normaux dont la fille est devenue une star internationale incapable de vraiment faire face à la gloire, et le plus intéressant, c’est qu’elle semblait attirée par ce côté sombre de la vie et même par les gens qui l’exploitaient dans ce contexte.”

euronews :

“Neil, on a beaucoup évoqué le fait qu’Amy Winehouse a rejoint le fameux “Club des 27”, des stars de la musique qui ont vécu leur existence intensément et sont morts à seulement 27 ans. C’est un peu comme si ce type de fin tragique était en quelque sorte romancée au sein de la culture pop ?

Neil Sean :

“Il y a une chose dont je me souviens et qu’Amy m’a dite un jour, je crois que c‘était en 2004, juste après son premier album. Au cours de l’interview, il lui arrivait de me faire quelques apartés, et nous avons évoqué le fait de devenir une légende de la musique, et pourquoi aussi les gens se souviennent de certains artistes et pas d’autres. Et voilà ce qu’elle m’a dit: “Je ne pense pas que je ferai de vieux os”. J’ai trouvé ça étrange de la part d’une femme de son âge. Mais je ne crois pas pour autant qu’Amy souhaitait rejoindre ce club. Je crois qu’aucune de ces stars ne souhaitait mourir si jeune, y compris Amy. Je pense plutôt qu’elle se trouvait sur ​​une pente glissante et qu’elle ne pouvait simplement plus reculer.”