DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Utoeya: "on pensait qu'ils se cachaient, mais ils étaient morts"

Vous lisez:

Utoeya: "on pensait qu'ils se cachaient, mais ils étaient morts"

Taille du texte Aa Aa

Quelques 500 jeunes ont survécu au massacre d’Utoeya. Nicolas Dale Skjerpning en fait partie. Il a perdu deux de ses amis vendredi dernier. Ils étaient allés ensemble sur cette île des jeunes travaillistes norvégiens. C’est avec beaucoup de calme qu’il a raconté en anglais les moments tragiques qu’il a vécus. “Nous avons vu des personnes sur lesquels on avait tiré. Quand j’ai regardé ces personnes allongées, j’ai pensé qu’elles se cachaient car leurs yeux étaient ouverts et on ne voyait pas de sang. Mais quand nous nous sommes rapprochés, nous avons compris qu’elles étaient mortes.”

Pas d’expression de haine, de violence ni de colère quand Nicolas Dale Skjerpning décrit le tueur, déguisé en policier. “Il était tellement calme. Il marchait simplement. Il ne courait jamais, il ne criait jamais. Il a trompé la confiance. Il a tué beaucoup de gens.”

Pour que l‘île d’Utoeya redevienne synonyme d’unité et d’optimisme, un milliardaire norvégien a fait un don de 600 000 euros au mouvement de la jeunesse travailliste.Il veut que les jeunes y “retournent sans peur”.

Avec AFP et ITN