DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La sécurité des jouets en question

Vous lisez:

La sécurité des jouets en question

Taille du texte Aa Aa

Laure, une toute jeune Française âgée de 10 ans, s’interroge : “Quand j‘étais petite, ma maman me répétait que la sécurité des jouets était très importante. Mais un jouet peut-il vraiment être dangereux ?”

Sylvia Maurer, en charge de la sécurité et de l’environnement au Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), lui répond.

“Les jouets peuvent effectivement, être dangereux pour les enfants : on a beaucoup de problèmes avec les petits éléments,” souligne-t-elle, “qui peuvent se détacher des jouets et qui présentent un risque d‘étouffement pour les enfants.”

D’après elle, “les jouets très bruyants peuvent aussi affecter l’audition des enfants en bas âge. Il y a aussi beaucoup de produits chimiques dans les jouets. Il est donc urgent d’améliorer leur sécurité.”

Mais depuis le 20 juillet, de nouvelles normes sont en vigueur dans les 27 Etats-membres.

“C’est une bonne nouvelle pour les consommateurs parce que l’ancienne directive sur la sécurité des jouets datait de 1988,” estime Sylvia Maurer. Selon elle, cette directive “était totalement dépassée, elle ne permettait plus de répondre aux nouveaux défis que présentent les jouets, en matière de santé et d’environnement.”

Et elle ajoute : “Il y a deux améliorations très importantes : par exemple, les autorités des Etats-membres ont davantage de compétences et de pouvoir pour surveiller le marché. Mais, on pense que les dispositions sur les produits chimiques ne sont pas encore assez strictes. Certains parfums potentiellement allergiques ne sont pas interdits,” affirme-t-elle.

“De plus, les jouets peuvent aussi contenir de nombreux produits chimiques qui pourraient encore avoir une influence très négative sur le système hormonal des enfants,” dit-elle avant de souligner : “C’est inquiétant car les enfants sont en pleine croissance. Nous devons donc vraiment être sûr que nous protégeons les plus vulnérables.”

D’après Sylvia Maurer, “la Commission européenne devrait réviser les dispositions sur les produits chimiques et les rendre vraiment plus sévères.”