DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le gouvernement israélien répond à la contestation sociale

Vous lisez:

Le gouvernement israélien répond à la contestation sociale

Taille du texte Aa Aa

Le gouvernement israélien promet des réformes sociales. Au lendemain de manifestations sans précédent dans le pays, Benjamin Netanyahu a nommé une équipe chargée de réfléchir à des mesures allégeant le poids économique qui pèse sur les citoyens. Parmi les pistes envisagées, diminuer les impôts indirects et favoriser la concurrence.

Mais la rue exige bien plus. Le ministre des finances estime lui, que les réformes demandées conduiraient Israël à une crise économique similaire à celle que subissent l’Europe et les Etats-Unis. “Nous sommes sensibles à la crise du logement et aux attentes en raison d’un coût de la vie élevé en Israël et nous allons voir comment nous pouvons réduire ces difficultés,” explique Yuval Steinitz. “D’un autre côté, en tant que ministre des finances,” poursuit-il, “je porte la responsabilité de ne pas mener Israël à l’anarchie économique.”

Dans le sillage de la contestation, le directeur général du ministère des finances a démissionné.

Parmi les manifestants, des médecins inquiets de la dégradation des services publics. Ils se sont joints à ce mouvement qui a pour revendication principale, la justice sociale.

Le mot d’ordre a fait descendre dans la rue, de 100.000 à 150.000 manifestants la nuit dernière dans dix villes du pays. Les slogans rappellent ceux entendus en Egypte et en Espagne, sauf qu’ici, les résultats économiques sont exceptionnels. La croissance, prévue à 5% cette année, est l’une des plus élevées au monde.