DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Manoj Ladwa, senior trader : "c'est une solution qui va tenir deux ans"

Vous lisez:

Manoj Ladwa, senior trader : "c'est une solution qui va tenir deux ans"

Taille du texte Aa Aa

Alasdair Sandford, euronews :

Nous sommes en duplex avec à Londres Manoj Ladwa, senior trader à ETX Capital.

Beaucoup de gens se félicitent et sont soulagés aux Etats Unis à propos de l’accord. Mais selon vous est-ce que l’addition est correcte ?

Manoj Ladwa, ETX Capital :

“Et bien le compte est bon, mais ce n’est que l’un des obstacles que l’administration américaine doit franchir. Mais on n’aurait pas du en arriver à cette situation, le plafond de la dette a déjà été dépassé par le passé et il a été relevé. En fait, ces 50 dernières années, le plafond de la dette a été relevé 70 fois, donc on n’aurait vraiment pas du en arriver là. Je pense que c’est un moment important dans l‘économie américaine, car l‘éventualité d’une dégradation de la note est très réel. Les chiffres du PIB la semaine dernière étaient très faibles. Il y a un certain nombre de facteurs qui sont surveillés de très près.

Alasdair Sandford, euronews :

Est-ce que ce sont des facteurs à court-terme, où indiquent-ils des problèmes à long terme pour l‘économie américaine ?

Manoj Ladwa, ETX Capital :

“Et bien nous avons vu ce qui s’est passé ces dernières années, spécialement avec la crise bancaire, la raréfaction du crédit (credit-crunch), et les plans de relance qui ont suivi, et cela n’a pas vraiment été suffisant pour remettre l‘économie sur la route de la croissance. Et puis il y a des limites à ce que peut injecter la FED, la Réserve Fédérale, dans l‘économie, et donc il semble que l‘économie ait besoin de se retrancher, peut-être même de plonger dans la récession avant de pouvoir sortir de la crise. Il semble bien qu’il s’agisse d’une situation à long terme, et donc pendant un ou deux ans, l‘économie américaine devrait trouver les temps difficiles.

Alasdair Sandford, euronews :

Et quelles seraient les conséquences d’une baisse de la note du crédit américain ?

Manoj Ladwa, ETX Capital :

Et bien pour les Etats-Unis se serait énorme, parce que soudainement, les détenteurs de cette dette les banques, les compagnies, les institutions financières, et même de riches particuliers verront la valeur de leurs titres s‘éroder, et donc on peut s’attendre à ce qu’ils se mettent à vendre de la dette américaine sur les marchés. Cela aurait un impact sur le secteur financier et sur le secteur immobilier également. Et puis on oublie que large montant de la dette américaine, près de 50% est détenue par des investisseurs étrangers, si ils voient que la valeur de leurs avoirs chute de manière significative, alors ils pourraient aller sur les marchés pour vendre de la dette américaine, ce qui accentuerait le mouvement vers le bas.

Alasdair Sandford, euronews :

Donc qu’est ce que les investisseurs attendent des Etats-Unis, là, maintenant ?

Manoj Ladwa, ETX Capital :

Ils ne veulent certainement pas d’un autre plan de relance, parce que cela accentue le montant de la dette. L’idéal pour l‘économie est de commencer à plus exporter, de manière à créer des emplois. Le chômage est à 9,2%, et il est bloqué à ce niveau, il ne semble pas vouloir descendre. Donc on a besoin que soient créés des emplois, nous avons besoin que l‘économie des Etats-Unis soit stimulée et poussée vers le haut afin dépasser ce qui pourrait être une récession en W.

Alasdair Sandford, euronews :

Donc, au final si vous deviez apporter un jugement sur l’accord passé, diriez vous que les Etats-Unis ont mis de l’ordre dans leur budget ou est-ce qu’il s’agit seulement d’une nouvelle solution à court terme qui ne fera que repousser les problèmes ?

Manoj Ladwa, ETX Capital :

Et bien c’est exactement ça. C’est une solution qui va tenir deux ans pour éviter un nouveau relèvement du plafond juste après les prochaines présidentielles. Cela ressemble à une solution à moyen-terme pour un problème à long-terme. Et donc, les Etats-Unis ont besoin de remettre leur maison en ordre et de mieux tenir les rênes du niveau de la dette. Malheureusement je ne les vois pas le faire à court-terme.

Alasdair Sandford, euronews :

Manoj Ladwa depuis Londres, merci d’avoir répondu aux questions d’euronews