DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Operalia 2011 : les grandes voix de demain

Vous lisez:

Operalia 2011 : les grandes voix de demain

Taille du texte Aa Aa

In partnership with:

Le 24 juillet dernier, Pretty Yende a remporté le Premier Prix Operalia 2011, lors de la finale du concours, organisé cette année à Moscou.

Pretty Yende, Soprano : “Je suis sur un nuage. Vous savez, remporter Operalia… ou plutot OPERALIA c’est vraiment énorme.”

C’est le plus grand concours de chanteurs classiques : Operalia a été créé par l’immense ténor espagnol Placido Domingo.

Placido Domingo, ténor : “C’est mon rêve. Je me produis toujours, je chante encore, je dirige, mais le plus important pour moi maintenant c’est Operalia.”

Tous les ans, le concours se rend dans une ville différente. Et pour la première fois cette année c’est en Russie. Seulement 13 jeunes talents ont participé à la finale à Moscou.

Placido Domingo encourage les participants durant les préparatifs. Et lors des finales, le maestro se met lui-même à la baguette.

A 26 ans, la Sud-Africaine Pretty Yende est l’une des lauréates du concours. Elle a découvert l’opéra il y a seulement 10 ans et cela a changé sa vie.

Pretty Yende, Soprano : “La première fois que j’ai entendu de l’opéra c‘était en 2001. J‘étais à la maison avec ma famille et nous regardions la télévision. Dans une publicité, il y avait cette musique… C‘était juste 10 secondes mais ces 10 secondes ont provoqué en moi cette chose qu’il fallait absolument que j’obtienne. Seulement je ne savais de quoi il s’agissait. Le lendemain, au lycée, je suis allée voir mon professeur et je lui ai demandé : “j’ai entendu ca à la télé… qu’est-ce que c’est ?” Il m’a dit que c‘était de l’opéra. Et je lui ai dis : “N’importe qui peut le faire ? Etait-ce humain ? Car ca avait l’air tellement irréel”.”

Durant plusieurs années Pretty Yende et les autres candidats se sont beaucoup exercés.

Mais comme le dis la soprano russe et membre du jury, Galina Vishnevskaya, avoir une belle voix ne suffit pas : “Si le chanteur ne controle pas sa voix, sa respiration, si il n’a pas la technique, même si il est très talentueux et a un vrai sens musical… Il est désarmé, il ne peut rien faire, il ne peut exprimer ce qu’il veut… et il ne sera rien…”

Derrière la technique, une autre clé de la réussite : la maitrise de soi. Tout le monde se prépare différement pour affronter le jury…

René Barbera voulait se présenter au concours depuis de nombreuses années. Finalement cet Américain de 27 ans a trouvé le courage et ca a payé…

René Barbera, ténor : “C’est incroyable. Je suis tellement heureux. Je ne pensais pas gagner quoi que ce soit dès le début. J’ai gagné trois prix dont le grand prix ! C’est vraiment incroyable !! C’est beaucoup de pression. Il y a de grands noms ici mais j’essaie de ne pas trop y penser.”

Placido Domingo, ténor : “Voir de grands chanteurs c’est toujours fantastique. Quand je vois de tels talents, c’est une telle émotion. Car je sais combien c’est difficile. On est dans une autre dimension. C’est une carrière très difficile. C’est vraiment dur. Et quand je vois de si grands talents, je suis très fier.”

Comble du prestige, Pretty Yende se produit à la Scala de Milan. Avec son prix glané à Moscou, la fille des faubourgs de Johannesbourg est promise a une belle carrière…

Dans cette édition de Musica vous pouvez entendre des extraits de :

‘O mie fedeli… Ah, la pena in lor piombò’ de Beatrice di Tenda par Vincenzo Bellini,

‘Ah mes amis… Pour mon âme’ aria de “La fille du régiment” par Gaetano Donizetti.

‘La tempranica: Sierras de Granada’ par Gerónimo Giménez