DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tottenham: les raisons de la colère

Vous lisez:

Tottenham: les raisons de la colère

Taille du texte Aa Aa

La mère et la compagne de Mark Duggan en tête de cortège, ces manifestants réclamaient tout simplement la vérité sur la mort de Mark Duggan, un homme de 29 ans tué jeudi à Tottenham d’une balle dans la poitrine par la police.

Ce père de quatre enfants était soupçonné d‘être un trafiquant de drogues par la police. Elle affirme qu’un échange de tir a eu lieu. Une commission indépendante enquête toujours pour déterminer les circonstances du drame.

Samedi soir, peu après vingt heures, la manifestation devant le commissariat de Tottenham dégénère, et c’est l’ensemble de ce quartier du Nord de Londres qui s’embrase.

La colère des habitants de ce quartier défavorisé s’est très vite propagée par les réseaux sociaux. Profitant du désordre, des pilleurs se sont même donné rendez-vous pour venir se servir dans les commerces du quartier. Parmi eux, des témoins ont signalé des enfants âgés d’une dizaine d’années.

Les habitants de Tottenham affirment que le chômage, ou encore la colère que suscitent les contrôles de police au faciès dans ce quartier à majorité antillaise y sont pour beaucoup dans ces émeutes. Mark Duggan a été abattu par une unité spécialisée dans la lutte contre la délinquance au sein de la communauté noire.

Il y a donc sans doute aussi une dimension ethnique dans ces violences qui se sont désormais étendues à de nombreux quartiers de Londres, et à plusieurs villes du pays.

Tottenham connaît des tensions raciales depuis des décennies. En octobre 1985 déjà, le quartier avait été le théâtre d‘émeutes entre des jeunes afro-antillais et la police. Elles avaient été déclenchées par la mort d’une Antillaise lors d’une perquisition.