DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Banques francaises dans la tourmente, Christian Noyer temporise

Vous lisez:

Banques francaises dans la tourmente, Christian Noyer temporise

Taille du texte Aa Aa

Alors que les bourses européennes connaissaient une nouvelle journée noire mercredi, les banques françaises étaient dans la tourmente.

Le titre Société générale a dévissé de plus de 14%, mercredi. La banque a dû démentir une série de rumeurs de marché sur sa solidité financière.

Olivier Roth de Close Brothers Seydler AG : “Le plongeon de la Société Générale est du à des rumeurs sur la banque francaise et à ses problèmes de liquidité. C‘était simplement des rumeurs et cela a été suffisant pour faire plonger le stock exchange dans le monde entier.”

Dans un tel climat de nervosité, de simples rumeurs “affectent le fonctionnement du marché” prévient le régulateur boursier, l’AMF.

BNP Paribas clôturait à moins 9,47%, mercredi. Le Crédit Agricole à moins 11,8%.

Les établissement bancaires français sont plus exposés en raison du fait qu’ils sont créanciers d’une part des dettes souveraines d‘États européens. Et particulièrement l’Italie et l’Espagne ou encore la Grèce comme le montre ce graphique.

Le Crédit Agricole et la BNP détiennent des filiales en Europe comme Emporiki, en Grèce, ou la Banca Nazionale del Lavoro, en Italie.

Ce jeudi, le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a tenté de calmer les esprits en assurant que la solidité des banques n‘était “pas affectée” par les mouvements des bourses.