DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Famine, aide insuffisante et insécurité, le drame continue en Somalie

Vous lisez:

Famine, aide insuffisante et insécurité, le drame continue en Somalie

Taille du texte Aa Aa

La famine dans la Corne de l’Afrique toujours et encore. La situation est dramatique. Pour en discuter, les membres de la FAO se réunissaient ce jeudi à Rome.

Sur les 161 millions de dollars sollicités par L’agence de l’ONU pour l’Alimentation et l’Agriculture, seuls 57 millions ont été reçus ou promis.

Il manque donc plus de 100 millions de dollars pour apporter un soutien immédiat aux populations, dont 70 millions pour la seule Somalie.

Selon l’Onu, près de 3,6 millions de personnes ont besoin d’aide en Somalie, 12 millions au total pour toute la corne de l’Afrique, du Kenya à l’Ethiopie en passant par Djibouti.

La Somalie est donc la plus touchée. Rien que pour ce pays, l’Onu demande plus d’un milliard d’euros d’aide. Réunis ce mercredi à Istanbul et en plein Ramadan, les Etats membres de l’Organisation de la conférence islamique (OCI), ont promis 350 millions de dollars pour la Somalie. En début de semaine, les Etats-Unis avaient déjà annoncé le déblocage de 105 millions de dollars supplémentaires pour aider ce pays.

Mais récolter des fonds n’est pas suffisant pour aider les Somaliens. L’insécurité qui prévaut dans le pays rend la distribution d’aide alimentaire très difficile.

La Somalie est depuis vingt ans le théâtre d’une guerre civile féroce et le gouvernement fédéral de transition somalien ne contrôle que partiellement le pays.

Depuis le 6 août dernier, les Shebabs somaliens, les insurgés islamistes, ont quitté Mogadisicio, la capitale. Défigurée par les combats, cette dernière est aujourd’hui accessible aux humanitaires, mais le peu de stocks de vivres disponible est souvent saccagé ou pillé.

Selon l’agence américaine Associated Press (AP), d’importants stocks de nourriture estampillés ONU et US AID – l’agence d’aide humanitaire du gouvernement américain – auraient été détournés pour être vendus sur les marchés et dans de nombreux magasins de Mogadiscio.

Seraient concernés, entre autres des produits tels que des biscuits, des céréales, du grains et même un traitement médical d’urgence contre la malnutrition.

Le Programme alimentaire mondial a diligenté une enquête. Selon les preuves apportées par l’agence, au total, près de 1% de l’aide alimentaire mondiale serait détournée de son objectif initial pour être revendue en toute illégalité.

Cinq régions de Somalie sont officiellement déclarées en état ​​de famine. D’autres, dans le sud du pays, pourraient suivre la même voie dans les quatre à six prochaines semaines, selon l’Onu.

Les camps de réfugiés se multiplient. Des milliers de personnes ont fui leur villages à la recherche de nourriture.

Dans la capitale somalienne, ces camps deviennent tellement immenses qu’il est presque impossible de les sécuriser. Un manque de contrôle qui met encore un peu plus en danger la vie de ces Somaliens déjà si affaibli.

Le week-end dernier, le gouvernement somalien a demandé la création d’une “force humanitaire spéciale” chargée d’assurer la protection des convois d’aide humanitaire, mais aussi des camps de déplacés.