DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Proche-Orient : escalade de la violence

Vous lisez:

Proche-Orient : escalade de la violence

Taille du texte Aa Aa

Sept Israéliens ont été tués et une trentaine d’autres blessés lors de trois attaques simultanées dans le sud du pays aujourd’hui.
 
Un autobus mitraillé près de la frontière égyptienne, un véhicule militaire cible d’un engin piégé, une voiture attaquée près de la frontière avec la Jordanie. Trois actions synchronisées. Les plus meurtrières en Israël depuis 2008.
 
Les auteurs de ces attaques ont été pris en chasse par la police israélienne. Sept d’entre eux ont été tués. On ne connaît toujours pas leur identité.
 
Le bus public mitraillé transportait des militaires en permission. Il circulait dans le désert du Néguev, entre Beer Sheva et la station balnéaire d’Eilat. Une région d’habitude épargnée par la violence. 
 
Israël accuse le Hamas. Pour l‘état hébreu, ces actes ont été lancées à partir de Gaza par des combattants palestiniens. Ils se seraient infiltrés dans la péninsule égyptienne du Sinaï, profitant des troubles en Egypte.
 
“Ceux qui attaquent des Israéliens paieront un “prix très fort”, a averti le premier ministre Benjamin Netanyahu.
 
Mais le Hamas promet qu’il n’est pas à l’origine de ces attaques.
 
“Nous démentons une quelconque relation entre le peuple de Gaza et ce qui s’est passé à Eilat”, a assuré Taher Al-Nono, porte-parole du Hamas.
 
Mais qu’importe les démentis. La réplique de l‘état hébreu ne s’est pas fait attendre. Quelques heures à peine après les attaques sur son sol, l’armée israélienne est entré en action. Un raid de Tsahal au sud de la bande de Gaza a tué 6 Palestiniens. Oeil pour oeil, dent pour dent.