DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Norvège se souvient d'Utoeya

Vous lisez:

La Norvège se souvient d'Utoeya

Taille du texte Aa Aa

Toute la Norvège commémore dimanche la journée tragique du 22 juillet, lorsqu’un extrémiste, Anders Behring Breivik, a de sang-froid massacré 69 jeunes militants de gauche sur la petite île d’Utoeya, à une quarantaine de km d’Oslo. La manifestation réunira, autour des familles de victimes et des survivants, la famille royale et leschefs de gouvernement des pays nordiques.

Samedi, des rescapés de cette fusillade digne d’un scénario de film d’horreur ont, sur place, rendu hommage à leurs camarades disparus. Un jeune homme de 21 ans, Adrian Pracon, peut se considérer comme un miraculé. A deux reprises, il a rencontré le tueur. La première fois, Breivik a pointé son arme sur lui mais il n’a pas tiré, sans que sa cible puisse expliquer pourquoi ; la deuxième fois, il l’a seulement blessé alors que le jeune militant était à terre, faisant le mort.

“Pour être honnête, je me sens bien, a confié Adrian Pracon lors de sa visite sur l‘île. Car j’ai maintenant le sentiment que nous nous sommes aujourd’hui réappropriés cette île.” Autrement dit, c’est encore là que se tiendra l’an prochain le camp d‘été des jeunes travaillistes. Et le Premier ministre Jens Stoltenberg a promis qu’il passerait une nuit sur place avec les militants.