DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le président syrien déclare "sans valeur" les menaces occidentales


Syrie

Le président syrien déclare "sans valeur" les menaces occidentales

Bachar al-Assad est apparu relativement tranquille

dimanche soir à la télévision d’Etat à l’occasion de sa 4è intervention depuis le début de la contestation contre son régime, il y a un peu plus de cinq mois. Une révolte réprimée dans le sang.

Les Nations unies parlent de 2 000 morts.

Le président syrien a qualifié de “sans valeur” les prises de position des Etats-Unis et de l’Union européenne réclamant son départ. “De tels propos ne doivent pas être tenus à l‘égard d’un président choisi par le peuple syrien”, a-t-il déclaré.

Interrogé sur la situation économique de son pays, soumis à des sanctions, en particulier un embargo pétrolier décrété par les Etats-Unis et qui pourrait être décidé mardi par l’Union européenne, il a là aussi voulu apparaître serein, évoquant des

“alternatives” aux débouchés américain et européen : “Nous nous sommes orientés vers l’Est et nous continuerons à le faire”, a-t-il dit.

Il a également annoncé la tenue d‘élections locales en décembre et de législatives “au plus tard en février, afin de permettre aux partis de se constituer

et d’avoir le temps de faire campagne”. Il est toutefois hautement improbable que cette nouvelle suffise à calmer des opposants qui ont, au contraire, promis “des manifestations décisives” durant les dix derniers jours du ramadan. Le compte à rebours a commencé.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Libye : la rébellion annonce la chute imminente de Tripoli