DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Kazantip, terre de fête

Vous lisez:

Kazantip, terre de fête

Taille du texte Aa Aa

Certains appellent cet endroit l’Ibiza de l’Est, le «Burning Man ukrainien ». D’autres prétendent qu’il n’y a pas d‘équivalent au monde, que ce site est unique. Bienvenue dans la République de Kazantip.

Situé en Crimée, sur l’une des plus belles plages de la mer Noire, ce gigantesque festival attire chaque année des milliers de fans de musique transe et techno. Et aux platines, se succèdent quelques uns des meilleurs DJ au monde comme Sander van Doorn : « Beaucoup comparent cet évènement au festival Burning Man aux États-Unis. Il n’y a que deux gigantesques festivals au monde et celui-ci en fait partie. Le maître mot, c’est LIBERTE. On met la musique que l’on veut. J’espère que Burning Man est au moins aussi bon que ce festival car celui-ci est sacrément phénoménal ».

Mais peut-on vraiment parler d’un festival? Pas vraiment selon ceux qui ont créé l‘évènement il y a 19 ans. Ce qui était à l’origine un petit festival de dance a été proclamé « République de Kanzantip ». Une république utopique avec ses propres lois. Son président, Nikita Premier, alias Nikita Marshunok, nous en parle : « Kazantip ce n’est pas ce que vous croyez. Vous trouvez ici ce dont rêvent des millions de personnes : un monde meilleur. Nous essayons de créer une nouvelle société, améliorée ».

Faire la fête 24 heures sur 24, jour et nuit… La population de Kazantip n’a pas le temps de s’ennuyer. On estime à 100 000 le nombre de personnes qui convergent chaque année sur cette plage. La plupart viennent de Russie et d’Ukraine mais aussi de plus en plus des pays de l’Union européenne. Si ces fêtards de l’extrême ne viennent pas en priorité pour dormir, il peuvent se reposer, notamment dans des tentes luxueuses au prix de 200 euros par jour. Les petits budgets optent plutôt pour le village voisin, littéralement pris d’assaut en août par les festivaliers. Ils y trouvent toutes sortes de cabanes ou d’auberges au confort rudimentaire. Un Hollandais nous fait la visite guidée : “ Voici notre appartement. Il y a l’air conditionnée. Mais c’est cassé. Je vous présente notre équipe de fêtards. Bon c’est un peu le désordre car la femme de chambre nous a quittés. Et c’est là que l’on dort. On dort à six ici. Mais la nuit ont est douze »

Mais revenons à la fête car à Kazantip, la musique ne s’arrête jamais. La plupart sont des habitués. Ils trouvent sur cette plage de Crimée tout ce qui suffit à leur bonheur. “C’est un mélange d‘énergie positive qui vient à la fois de la super musique et des gens qui sont là pour faire la fête jour et nuit. C’est super de danser la journée avec le soleil et la plage à coté. C’est la Crimée, c’est fantastique !”, explique Ruben, un Français.

A la fin du mois d’août, quand le marathon techno sera terminé, la république imaginaire pourra se pencher sur son 20ème anniversaire. Aucun détail n’a filtré pour le moment. Mais la fête l‘été prochain à Kazantip s’annonce déjà révolutionnaire.