DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les footballeurs espagnols sont toujours en grève

Vous lisez:

Les footballeurs espagnols sont toujours en grève

Taille du texte Aa Aa

En Espagne, les week-end se suivent, les spectateurs trépignent d’impatience mais les stades restent désespérément vides. La reprise des championnats de 1ère et de 2ème division a déjà été reportée d’une semaine. Et sauf rebondissement de dernière minute, elle ne devrait pas intervenir avant le mois de septembre. Les réunions quasi-quotidiennes entre les représentants de la Ligue Professionnelle et ceux de l’Association des Footballeurs Espagnols n’ont pour l’instant rien donné, chacun campant sur ses positions. Les joueurs, à l’image des internationaux tels Carles Puyol, Iker Casillas et Xabi Alonso, maintiennent donc leur appel à la grève.

Ils réclament l’instauration d’un fonds de garantie, tel qu’il existe en France, en Allemagne ou en Italie, pour que leurs salaires leurs soient versés, y compris quand leurs clubs sont en faillite, ce qui dans le pays arrive assez fréquemment. Sur les 22 clubs qui sont en situation de banqueroute en Europe, 21 se trouvent en Espagne, et parmi eux, 7 évoluent dans l‘élite: le Racing Santander, le Real Saragosse, Majorque, la Real Sociedad, Grenade, le Bétis Séville et le Rayo Vallecano. Il faut dire qu’en cas de dépôt de bilan, ils voient leurs dettes partiellement épongées. En plus, ils ne risquent pas de relégation administrative.

Résultat: la dette cumulée par ces clubs, qui était de 3 milliards et 400 millions d’euros il y a deux saisons, a désormais franchi la barre des 4 milliards. Et en ce qui concerne les arriérés de salaires, plus de 200 joueurs attendent de toucher leurs fiches de paie pour un montant total de 53 millions d’euros. Après 1979, 1981 et 1984, c’est la 4ème fois que les footballeurs espagnols se mettent en grève. Un mouvement qui peut choquer dans un pays confronté à une grave crise économique.