DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'arsenal militaire hérité de Kadhafi inquiète les Etats-Unis

Vous lisez:

L'arsenal militaire hérité de Kadhafi inquiète les Etats-Unis

Taille du texte Aa Aa

Mouammar Kadhafi défait, même s’il reste toujours introuvable : c’est déjà une victoire pour la communauté internationale. Mais en cas de vacance du pouvoir, de nombreux problèmes risquent de se poser. Les Etats-Unis s’inquiètent notamment du devenir des stocks d’armes libyennes.

Les insurgés ont beau reproduire à l’envie le V de la victoire, on ignore encore qui sera amené à prendre les rennes du pouvoir. Dans ce contexte, la saisie des stocks d’armes abandonnés par le régime n’est pas sans risque. On craint notamment que celles-ci ne tombent entre de mauvaises mains.

Après des années d’isolement, la Libye accepte en 2003 de renoncer à ses armes de destruction massive, signe de son rapprochement avec l’occident. L’année suivante, le pays rejoint l’OIAC, l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques, et promet de détruire ses stocks de gaz moutarde, qui sont considérables. L‘élimination n’a démarré que l’année dernière. Mais l’intégralité des quelques 3563 munitions susceptibles d‘être utilisées pour répandre les armes chimiques, avait été détruite en 2004.

Jusqu’en février 2011, la destruction s’est poursuivie sans entrave, mais selon l’OIAC, celle-ni n’a pas été achevée : à ce jour, 55% des stocks de ce gaz qui provoque de graves brûlures chimiques aux yeux, à la peau et aux poumons, ont été anéantis. Toutefois, entre 9,5 tonnes et 11,25 tonnes de ce gaz subsistent quelque part en Libye.

Alors que va t-il advenir de ces composants chimiques d’un autre âge, et surtout qui pour les contrôler ? En l’absence d’utilisation sur place, leur vente reste envisageable, mais peu probable vu sa dangerosité. Restent aussi les armes plus traditionnelles, comme les missiles sol-air ou les lance-grenades. Les experts craignent que des miliciens ou activistes ne cherchent à s’en emparer dans le but de faire tomber d’autres gouvernements africains.