DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les mesures d'austérité font débat au sein du gouvernement italien

Vous lisez:

Les mesures d'austérité font débat au sein du gouvernement italien

Taille du texte Aa Aa

Silvio Berlusconi a reçu Umberto Bossi, le chef de la Ligue du Nord dans sa luxueuse résidence de Milan. Le président du Conseil veut convaincre son allié turbulent. En bisbilles avec Il Cavaliere, le ministre de l‘économie, Giulio Tremonti est lui aussi présent.

L’Italie est dans la ligne de mire des marchés qui pointent du doigt la situation fragile de ses finances publiques et son endettement massif.

Le gouvernement a adopté en urgence le 12 août un plan de rigueur de 45,5 milliards d’euros qui s’ajoute aux 48 milliards déjà approuvés en juillet.

Une cure d’austérité draconienne dénoncée par les maires des grandes villes. Toutes tendances politiques confondues, ils ont manifesté à Milan pour réclamer plus d’effort de l’Etat central.

“Ils taillent dans les fonds aux collectivités locales qui sont les plus proches des citoyens. Peut être faudrait il tailler dans les dépenses au niveau national”, selon Giuliano Pisapia, le nouveau maire de centre-gauche de Milan.

Gianni Alemanno, le maire de droite de Rome rappelle lui que “l’Etat représente 75% des dépenses publiques, il devrait donc faire 75% des efforts et non 24% comme prévu”.

La Ligue du Nord réclame elle aussi une réduction des économies demandées aux collectivités locales. Elle propose en échange une taxe sur le patrimoine des italiens fraudant le fisc. Mais Silvio Berlusconi soutient lui une hausse de la TVA.