DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'opérateur américain AT&T subit un revers avec le blocage du rachat de T-Mobile

Vous lisez:

L'opérateur américain AT&T subit un revers avec le blocage du rachat de T-Mobile

Taille du texte Aa Aa

“Cette opération est négative pour les consommateurs et va tirer les prix à la hausse” : c’est ainsi que le département américain de la justice a qualifié la vente par Deutsche Telekom de sa filiale américaine de télécommunications mobiles T-Mobile au géant américain AT&T.

Les autorités antitrust américaines ont donc engagé une procédure judiciaire pour bloquer cette vente. Deutsche Telekom, maison-mère de T-Mobile affirme qu’elle n’implique en rien la fin de la transaction.

Le vice-ministre de la justice James Cole a motivé la décision de l’administration Obama : “si la fusion devait se faire, il n’y aurait que trois fournisseurs qui détiendraient 90% du marché et la concurrence parmi les compagnies du secteur : dans tous les domaines incluant les prix, la qualité et l’innovation, serait réduite”.

Ces trois compagnies sont AT&T, Verizon et Sprint. Sprint Nextel va même plus loin, affirmant que ce rachat concentrerait 80% de la clientèle américaine de téléphonie mobile dans seulement deux opérateurs : AT&T et Verizon.

Un échec du rachat de T-Mobile viendrait contrarier les projets d’expansion d’AT&T et lui coûterait cher car l’américain s’est engagé à verser en cas de rupture de contrat une indemnité de plus de 4 milliards d’euros.

A moins que AT&T et T-Mobile n’acceptent de faire les concessions qui résoudraient les problèmes de concurrence.