DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Reportage - La chasse aux mercenaires de Kadhafi a commencé

Vous lisez:

Reportage - La chasse aux mercenaires de Kadhafi a commencé

Taille du texte Aa Aa

Sur ce petit terrain de football sont regroupés 110 prisonniers suspectés d‘être des mercenaires de Kadhafi. Certains sont originaires d’Afrique sub-saharienne, d’autres sont tout simplement des citoyens libyens originaires du Sud du pays.

Leur point commun, c’est leur couleur de peau.

“On les a regroupés ici pour les protéger de la réaction des habitants. C’est pour cela qu on a pris cette mesure. On les a regroupés, on les a bien sélectionnés. Ceux qui ont participé aux côtés des forces de Kadhafi sur les fronts, on les a transférés pour les juger. Les autres on les a libérés, on en a libéré une grande partie.”

Il est souvent très difficile de distinguer les mercenaires, de ceux qui constituaient il y a encore peu une main d’oeuvre immigrée indispensable à l‘économie du pays.

“Les gens ici ne sont pas des policiers ou des soldats. Ce sont de pauvres gens. Ils ne sont ni soldats, ni espions, ni rien du tout. Ce sont tous de pauvres malheureux. Ils sont là pour gagner leur pain. Je n’ai personne dans ma famille dans l’armée “

Comme cette femme tchadienne, les familles des prisonniers ont eu un droit de visite exceptionnel pour la fête de l’Aïd qui marque la fin du ramadan. A Tripoli, ils sont peut-être des milliers à être détenus dans les mêmes conditions.