DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Flotille de Gaza : la crise est ouverte entre Israël et la Turquie

Vous lisez:

Flotille de Gaza : la crise est ouverte entre Israël et la Turquie

Taille du texte Aa Aa

Le 31 mai 2010, neuf humanitaires turcs périssaient sur le Mavi Marmara, tués par des commandos israéliens, alors que le bateau tentait de forcer le blocus sur la bande Gaza.

Aujourd’hui, Israël regrette mais ne s’excuse pas, ce sont les mots de Benjamin Netanyahu.

Ankara, qui veut saisir la justice internationale, a expulsé hier l’ambassadeur israélien.

“Il est dans l’intérêt d’Israël, estime cette journaliste, passagère du ferry quand il a été arraisonné par la marine israélienne, d’en finir rapidement. Si Israël s’excuse et accepte de payer des compensations, la crise sera finie. Le gouvernement turc va nous soutenir, il va y avoir des poursuites contre Israël.”

Le rapport de l’ONU sur l’incident du 31 mai estime qu’Israël a eu recours à une force “excessive et déraisonnable”. Ce n’est pas assez pour les membres de l’organisation IHH, qui avait affrété le ferry :

Hüseyin Oruç déclare ainsi : “Si ceux qui ont écrit ce rapport avaient vérifié les données du Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’Homme, ils auraient compris nos intentions. Ce rapport est un désastre, il est inacceptable.”

Le rapport onusien estime ainsi que “de graves questions se posent à propos de l’identité véritable et des objectifs” des organisateurs de cette flotille.

Hüseyin Oruç : “La Turquie, en tant que grande puissance, a atttendu des excuses pendant quinze mois. A partir de maintenant, nous espérons que ceux qui ont commis ces crimes feront face au châtiment qu’ils méritent.”

Notre correspondant à Istanbul :

“C’est le ministre des Affaires étrangères turc qui, le premier, après quinze mois, a ouvert cette crise en expulsant l’ambassadeur israélien. Les relations vont sérieusement se détériorer si Israël ne répond pas comme on le voudrait ici. Bora Bayraktar, Istanbul, Euronews.”