DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

11 septembre : la vie a repris son cours pour les musulmans de New York

Vous lisez:

11 septembre : la vie a repris son cours pour les musulmans de New York

Taille du texte Aa Aa

Comme tous les vendredis on se prépare pour la prière à la mosquée Medina Masjid, au coeur d’East Village, un quartier de Manhattan. La circulation est coupée dans la rue afin que la prière du soir puisse se dérouler. Cette année, le mois du ramadan est spécial pour la communauté musulmane new-yorkaise. Il s’est terminé juste avant le dixième anniversaire du 11 septembre. Noman Rahman reste profondément marqué par ces événements : “Les médias ont propagé l’idée que les musulmans étaient mauvais, alors les gens ont commencé à nous haïr.”

Les attaques terroristes de 2001 avaient déclenché méfiance et hostilité envers les musulmans de New York. Une communauté jusqu’alors très discrète. Certains comme Rehanna Nayyar ont traversé les mois suivants la peur au ventre : “Le 11 septembre…. ça a été très difficile pour nous, notamment le fait de porter le foulard. Un jour dans le métro, un homme s’est approché et il a commencé à hurler “terroriste, terroriste”, j‘étais totalement effrayée, j’ai cru que la police allait venir et m’arrêter.”

Et pourtant, des dizaines de musulmans figurent parmi les victimes du 11 septembre. Des gens qui travaillaient dans les tours jumelles, comme Naser Bhaiyan, informaticien qui ce jour-là, est arrivé un peu en retard : “C‘était une scène vraiment horrible, j’ai vu des gens se jeter du dernier étage. Parce qu’il n’avaient pas le choix, plutôt que de mourir brûlé vif il valait mieux sauter. Mon bureau était au 30e étage de la tour numéro 1 du World Trade Center, Je crois que notre entreprise a perdu 11 employés, 11.”

Jusqu‘à très récemment, avec la polémique sur une nouvelle mosquée près de Ground Zero, un grand nombre de cas de discrimination ont posé la question de l’islamophobie en Amérique. Mais ici, dans ce Manhattan multiculturel, les choses semblent différentes. La pâtisserie Veniero de Robert F. Zerilli se trouve à deux pas de la mosquée Medina Masjid : “La mosquée de l’autre côté de la rue a été créée en 1976. C‘était une toute petite mosquée, des gens agréables, il n’y a jamais eu de problème. Mais bien sûr après le 11 septembre, je me souviens très bien de cette espèce d’ambivalence qui est apparue chez les gens, ils ne savaient plus quoi penser.”

Pourtant, depuis, la vie a repris son cours, et personne ici ne semble se soucier de qui est musulman ou pas, la liberté de religion des Américains a repris le dessus.

Les polémiques et les scandales qui font régulièrement surface sur les scènes politique et médiatique américaines semblent bien loin de la réalité quotidienne de cette mosquée new-yorkaise et de son voisinage. Ici le quotidien rime avec calme et tranquillité.