DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

11 septembre 2001 : le jour où l'Amérique fut attaquée

Vous lisez:

11 septembre 2001 : le jour où l'Amérique fut attaquée

Taille du texte Aa Aa

New York, 11 septembre 2001. A 08h46, un boeing d’American Airlines percute à 790 km/h la tour nord du World Trade Center. Détourné à Boston après son décolllage, le vol se termine entre le 93ème et le 99ème étage. La tour s’enflamme.

A 09h03, un deuxième Boeing également parti de Boston transperce la tour sud à 950 km/h, entre le 77ème et le 85ème étage. En 102 minutes exactement, les Etats-Unis vont connaître toute une série d’attaques. 3000 personnes vies sont fauchées, l’histoire bascule.

A 09h05, George W. Bush, en visite dans une école primaire de Sarasota en Floride, est informé de la situation.

“Un deuxième avion a frappé la deuxième tour. Nous sommes attaqués”, lui glisse-t-on à l’oreille.

Il faut plusieurs minutes au Président américain pour prendre la mesure de la situation et quitter la salle de classe. Il fait sa première déclaration a 09h30 précises.

“Aujourd’hui, nous avons vécu une tragédie nationale. Deux avions se sont écrasés sur le World Trade Center dans ce qui a tout l’air d‘être une attaque terroriste contre notre pays,” confirme-t-il.

Sept minutes après son intervention, un troisième Boeing, le vol 77 d’American Airlines, s‘écrase contre l’aile ouest du Pentagone à Washington. Des centaines d’employés sont en train de se rendre sur leur lieu de travail et assistent au drame depuis leur voiture. Parmi eux, Cheryl Ryefield.

“Il y avait un avion qui arrivait de la colline, juste entre l’autoroute et l’annexe de la Marine. J’ai immédiatement compris de quoi il s’agissait. Et “Oh mon Dieu, ce n’est pas possible ! Il faut qu’il s’arrête !” Mais il continuait à se rapprocher, parallèle à la pente de la colline. Il a accéléré et ses ailes ont vibré. Je pense avoir vu du mouvement par le hublot de la cabine de pilotage, il a accéléré et a foncé dans le bâtiment.” Elle s’en souvient encore comme si c‘était hier.

Pendant ce temps à New York, la situation est dramatique. Les tours jumelles continuent de brûler. Pris au piège et désespérés, des gens se jettent dans le vide.

A 09h59, la tour sud, touchée 56 minutes plus tôt, s’effondre dans un déluge de feu, d’acier et de poussière. La violence est telle que des centaines de victimes vont disparaître sans qu’on puisse retrouver la moindre trace d’ADN.

Pas de répit pour l’Amérique, ce 11 septembre 2001. A 10h03, un quatrième Boeing, celui-ci de la United Airlines, s‘écrase dans un champ de Pennsylvanie. Le vol 93 avait été détourné après son décollage de Newark, dans le New Jersey, mais certains passagers, alertés par portables de ce qui se passait a New York, ont résisté aux terroristes. Leur cible était probablement la Maison Blanche ou le Congrès.

10h28. A New York, la tour nord s‘écroule à son tour, 1 heure et 42 minutes après avoir été éventrée par le premier avion.

Les attentats du World Trade Center feront 2606 morts.

A 13h04, George W. Bush, évacué sur la base aérienne de Barksdale, en Louisiane, place les forces armées en “état l’alerte maximum”. Avant d‘être transféré vers la base d’Offutt, dans le Nebraska, il enregistre ce message :

“La liberté a été attaquée ce matin par un lâche sans visage et la liberté sera défendue. Je veux de nouveau assurer aux Américains que toutes les ressources du gouvernement fédéral sont mobilisées aux côtés des autorités locales pour sauver des vies et aider les victimes de ces attaques. Ne vous y trompez pas : les États-Unis traqueront et puniront les responsables de ces actes lâches.”

Très vite, les Américains vont découvrir le visage des terroristes, capturés par les caméras de sécurité des aéroports alors qu’ils embarquaient pour perpétrer la pire attaque contre l’Amérique depuis Pearl Harbour.