DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Accords énergétiques : Bruxelles veut que les Etats membres jouent collectif

Vous lisez:

Accords énergétiques : Bruxelles veut que les Etats membres jouent collectif

Taille du texte Aa Aa

L’Europe importe plus de 60% du gaz qu’elle consomme. Une dépendance qui lui a joué des tours par le passé. Les crises du gaz entre la Russie et l’Ukraine ont plusieurs fois conduit à des ruptures d’approvisionnement.

Pour assurer la sécurité énergétique de l’Union, diversifier les fournisseurs et les canaux de distribution reste la priorité. Mais le commissaire à l‘énergie Günther Oettinger veut aller plus loin et obliger les 27 à jouer collectif. Ces derniers devraient se tenir informés de leurs accords avec les pays tiers et laisser à Bruxelles un droit de regard.

“L’Union européenne a des capacités de stockage du gaz de plus en plus grandes et il existe de nouveaux gazoducs pour transporter le gaz d’un Etat membre à l’autre en cas de crise. Par ailleurs, il existe un mécanisme d’alerte précoce avec la Russie, et nous maintenons des contacts entre Kiev, Moscou et Bruxelles” , ajoute-t-il.

La proposition de la Commission intervient au lendemain de l’inauguration du gazoduc Nord Stream qui acheminera du gaz russe en Europe via la Baltique, sans passer par l’Ukraine.

L’ambassadeur russe auprès de l’Union d’enfoncer le clou. Si l’Europe a des problèmes d’approvisionnement, dit-il, c’est bien parce qu’elle n’agit pas de concert :

“La Russie restera dans un avenir proche le principal fournisseur de gaz naturel du marché européen. La difficulté majeure – comme la Commission européenne l’a pointé – c’est le manque d’unité dans la politique énergétique extérieure de l’Union.”

Bruxelles espère pouvoir négocier un maximum d’accords au niveau européen, comme elle vient de le faire avec l’Azerbaïdjan et le Turkménistan sur un gazoduc transcaspien, mais il n’est pas certain que les Etats membres apprécient.