DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Londres et Moscou renouent, mais restent en désaccord sur l'affaire Litvinenko


Royaume-Uni

Londres et Moscou renouent, mais restent en désaccord sur l'affaire Litvinenko

Pour la première fois depuis 2006, un dirigeant britannique est en Russie. David Cameron a rencontré le président Dmitry Medvedev dans l’espoir de resserer les liens entre Londres et Moscou.

Les relations bilatérales sont orageuses depuis cinq ans et l’assassinat dans la capitale britannique d’Alexandre Litvinenko.

Des accords commerciaux ont certes été signés ce lundi, mais il est des sujets sur lesquels les avis restent divergents, le tout est de pouvoir en discuter franchement avoue David Cameron : “La question Litvinenko n’a pas été réglée. Le fait est que nos deux gouvernements ne sont pas d’accord. Nous ne sommes pas d’accords sur cette question, or cette question est importante pour le Royaume-Uni, et je ne veux pas la minimiser. Mais cela ne veut pas dire que nous devons geler l’ensemble de nos relations bilatérales”.

Transfuge des services secrets russes, Alexandre Litvinenko, a été mortellement empoisonné avec du polonium 210 en 2006. L’isotope radioactif était dissimulé dans du thé.

Litvinenko, 43 ans, a connu une mort longue et douloureuse.

Dmitry Medvedev s’est montré clair, la Russie n’extradera jamais le principal suspect dans l’affaire, Alexandre Lougovoï.

Actuellement, cet ancien agent du FSB siège au Parlement russe, mais il n’a pas quitté son pays depuis 2006, dans la crainte de se voir arrêté et déporté vers Londres.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Les Palestiniens appellent les 27 à "reconnaître la Palestine"