DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les chefs d'Etat européens de nouveau au chevet de la Grèce

Vous lisez:

Les chefs d'Etat européens de nouveau au chevet de la Grèce

Taille du texte Aa Aa

Rassurer à tout prix, c’est l’objectif des politiques face aux menaces qui pèsent sur la zone euro. Nicolas Sarkozy s’est entretenu ce mardi avec le président de l’Union européenne, Herman van Rompuy, sans faire de déclaration. Ce que les marchés financiers scrutent désormais c’est ce qui sortira de la vidéoconférence qui se tiendra ce mercredi en fin d’après-midi entre le président français, la chancelière allemande et le Premier ministre grec.

“Il faut toujours considérer que nous contrôlons tout ce que nous faisons, nous en mesurons les conséquences, car sinon nous parviendrons rapidement à une situation que nous ne souhaitons pas dans la zone euro et dont les conséquences seraient très dures pour nous tous”, a averti Angela Merkel.

Le monde entier est au chevet de l’eurozone, y compris les pays émergents du Brics. Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud ont annoncé une réunion la semaine prochaine sur la possibilité de venir en aide à l’Union européenne. Chacun redoute un effet domino en cas de faillite grecque.

“Si la Grèce fait défaut, bien sûr que l’Euro est menacé parce que l’on voit que le risque est alors la contagion. Le risque de crise systémique est réel. Les investisseurs vont dire : la boîte de Pandore a été ouverte, et donc si la Grèce a pu faire défaut, alors l’Espagne et l’Italie aussi peuvent potentiellement faire défaut”.

Sous pression de ses créanciers, le gouvernement grec est aussi sous pression de la rue. Hier encore, des milliers de propriétaires de taxi ont protesté contre la libéralisation de leur activité, une des nombreuses réformes réclamées à Athènes.