DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Palestiniens : pour un siège de plein droit à l'ONU

Vous lisez:

Palestiniens : pour un siège de plein droit à l'ONU

Taille du texte Aa Aa

Une campagne à l‘échelle planétaire. Déterminés à faire reconnaître leur Etat par la communauté internationale, les Palestiniens étaient lundi à Bruxelles pour mettre la pression sur l’Union Européenne. Ils se disent prêts a gérer un Etat indépendant, après avoir bâti, avec l’aide financière et politique de l’Union, leurs institutions.

Mais c’est aussi le piètinement des négociations de paix avec les Israéliens qui motive cette quête de reconnaissance.

L’automne dernier, une tentative de relance avait vite échoué : le Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, avait jugé inacceptable le refus du premier ministre Israélien, Benjamin Netanyahu, de prolonger le gel de la colonisation juive.

Pour les Palestiniens les quelque 200 colonies de Cisjordanie, où vivent un demi-million d’Israéliens, sont un obstacle majeur à un accord. Ils revendiquent un Etat palestinien sans colonies, tracé sur les frontières de 1967 avec Jérusalem-est pour capitale.

Pas question pour Israel de céder sur ces points. Lors de son discours devant le Congrès américain en mai dernier, Benjamin Netanyahu avait été très clair.

“Nous serons généreux sur la taille du futur Etat palestinien. Mais comme l’a dit le Président Obama, ses frontières ne seront pas celles du 4 juin 1967. Israël ne restituera pas les frontières indéfendables de 1967,” avait-il martelé.

La riposte de Mahmud Abbas : intensifier sa campagne en faveur de la reconnaissance bilatérale de l’Etat palestinien. On l’a vu notamment au Liban, pour l’ouverture officielle de l’ambassade Palestienne à Beyrouth. Il a déja obtenu la reconnaissance d’une centaine de pays, dont récemment le Brésil, l’Argentine et le Chili.

Mais l’ultime objectif reste l’ONU, et pour contrer l’opposition annoncée des Etats-Unis, les Palestiniens rappellent le souhait formulé par Barack Obama il y a un an.

“Quand nous nous retrouverons ici, l’an prochain, il se peut que nous ayons un accord conduisant à l’admission d’un nouveau membre aux Nations Unies : un Etat palestinien indépendant, en paix avec Israël,” avait-il déclaré.

Un siège de plein droit a l’ONU, un vieux rêve que les Palestiniens veulent désormais réaliser. Si leur démarche reste symbolique, elle ne laisse personne indifférent en Israël.