DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La réforme de Schengen ne fait pas l'unanimité en Europe

Vous lisez:

La réforme de Schengen ne fait pas l'unanimité en Europe

Taille du texte Aa Aa

Avec les révoltes arabes et l’arrivée massive de migrants, le système de contrôle aux frontières extérieures et intérieures de l’Europe a particulièrement été éprouvé.

Aujourd’hui la Commission Européenne veut y mettre de l’ordre en présentant, vendredi, de nouvelles propositions pour renforcer l’espace Schengen.

Selon l’analyste politique, Yves Pascouau : “Les raisons de ce projet de loi sont multiples. Elles sont à l’initiative de deux états la France et l’Italie suite à l’arrivée d’un nombre assez important de migrants venus de Tunisie. Et puis, c’est une forme de demande des Etats membres à laquelle la Commission Européenne a visiblement été sensible et c’est aussi une demande du Conseil Européen qui a demandé à la Commission Européenne de présenter pour septembre proposition de modification des règles Schengen en vue de rétablir les contrôles aux frontières.”

Mais voilà : la France, l’Espagne et l’Allemagne rejettent par avance les propositions de la Commission qui souhaite encadrer strictement les contrôles aux frontières nationales.

D’où la mise au point du porte-parole de la Commission Européenne, Michele Cercone : “Nos propositions, je le répète, sont faites pour renforcer l’espace Schengen et pour être certain qu’un mécanisme décisionnel au niveau européen puisse sauvegarder les biens communs comme la libre circulation des citoyens dans l’espace Schengen sans contrôle aux frontières.”

Des propositions qui ne visent aucun pays en particulier assure la Commission alors que Paris, Berlin et Madrid y voient une mainmise sur la gestion de la sécurité des Etats membres.