DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Gary Oldman traque "La Taupe"

Vous lisez:

Gary Oldman traque "La Taupe"

Taille du texte Aa Aa

Quand la fine fleur des comédiens britanniques se met au service d’un thriller inspiré d’un roman de John Le Carré, cela donne “Tinker, Tailor, Soldier, Spy”. “La Taupe” en français promet un grand moment de cinéma aux amateurs de films d’espionnage, notamment.

Gary Oldman prête ses traits à l’ancien espion du MI6 George Smiley, rappelé par son agence pour débusquer une taupe soviétique dans ses rangs.

Un rôle déjà incarné par Alec Guiness à la télévision dans les années 70. “On sent la présence de tout cela, on sent un peu le fantôme d’Alec sur ses épaules,” raconte Gary Oldman” mais je me suis comporté en fait, comme un acteur qui aborde un rôle classique.”

Dans ce film de Tomas Alfredson, on n’est pas dans James Bond. Le réalisateur suédois mise sur les personnages et leurs émotions.

“La Taupe” aura du patienter plus de trente ans avant d‘être adaptée sur grand écran. Pas étonnant d’après son auteur John Le Carré. “Le roman s’appuie sur les souvenirs de George Smiley et on ne peut pas beaucoup les montrer à l‘écran. Donc, adapter la trame pour la rendre plus accessible, cela atteint le chef-d’oeuvre,” estime-t-il. “Tout le mérite revient aux scénaristes : Bridget O’Connor qui hélàs vient de décéder et son mari Peter Straughan,” poursuit John Le Carré. “Quand j’ai lu leur scénario, j’ai réalisé qu’on avait là quelque chose qui fonctionnait vraiment et toutes mes craintes se sont envolées.”

D’après Colin Firth, la complexité de l’histoire ne nuit pas au film. “C’est autant une histoire très, très personnelle, très humaine qu’un casse-tête haletant,” souligne l’acteur. “La complexité, c’est attirant, c’est de la musique et le tempo n’est rien d’autre que du plaisir”, conclut-il.

“La Taupe” sort dans les prochains mois en Europe, en février en France et en Belgique.