DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Yossi Beilin : "geler la colonisation est la seule option pour revenir à la table des négociations

Vous lisez:

Yossi Beilin : "geler la colonisation est la seule option pour revenir à la table des négociations

Taille du texte Aa Aa

L’Autorité palestinienne cherche à obtenir un statut plus élevé au sein des Nations Unies : soit en faisant reconnaître un Etat couvrant la bande de Gaza et la Cisjordanie, soit en obtenant leur reconnaissance comme “Etat non membre”.

Voici une perspective sur le sujet qui vient d’Israël.

Seamus Kearney, euronews :

Avec nous en duplex depuis Tel-Aviv l’ancien ministre et négociateur Yossi Beilin. Merci beaucoup de répondre à nos questions.

Quelle est l’ambiance actuelle en Israël à propos de cette résolution aux Nations Unies ; pas seulement dans le gouvernement mais aussi au sein de la population ?

Yossi Beilin, ancien ministre israélien de la Justice :

Et bien il est difficile de résumer l’humeur de toute une nation, mais je dirais que les gens sont plutôt inquiets d’une résolution des Nations Unies. Le sentiment général est que quelque chose de mauvais va arriver. C’est la définition qu’a utilisé le ministre de la Défense Ehud Barak, qu’il pourrait y avoir un tsunami en septembre, et effectivement les gens se rendent compte que ce qui se passe autour de nous n’y est pas étranger, à savoir les relations avec l’Egypte, les relations avec la Turquie, et le ressentiment de l’opinion publique contre Israël en ce moment.

Seamus Kearney, euronews :

Vous faites de la politique depuis longtemps. Selon vous, que doit faire le gouvernement israélien désormais ?

Yossi Beilin, ancien ministre israélien de la Justice :

Je dois dire que je ne comprends pas pourquoi le Premier ministre Netanyahu a refusé la requête du président Obama, il y a un an, de geler la colonisation, pour seulement deux mois, afin de négocier avec Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne.

Je pense que cela reste la seule option –la principale option– afin de revenir à la table des négociations. Je ne pense pas que Netanyahu soit en faveur d’un accord permanent.

Je ne crois pas qu’il soit prêt à payer le prix minimal demandé par la pragmatique actuelle Autorité palestinienne. Je ne pense pas que l’Autorité palestinienne soit capable d’amener à la table le Hamas ou la Bande de Gaza.

Donc la chose raisonnable à faire serait de geler la colonisation et négocier, très rapidement, sur la deuxième phase de la Feuille de route, qui est l’Etat palestinien, avec des frontières provisoires, ce qui pourrait mener à un accord permanent, mais pas dans l’immédiat.

Si c’est impossible, je recommanderais de négocier activement sur le phrasé de la résolution des Nations Unies. Je pense qu’il est possible de trouver les mots qui feraient de cette résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies, quelque chose qui serait en faveur des Palestiniens et des Israéliens -plutôt que de ressembler à une punition pour Israël, en se référant aux paramètres d’une solution permanente.

Et si cela se produit, alors à la suite de la résolution, nous pourrions être prêt à ouvrir des négociations, au moins sur la solution intérimaire.

Seamus Kearney, euronews :

Nous savons que les Etats Unis mettront leur véto à une demande de reconnaissance complète des Palestiniens. Comment réagira le gouvernement si l’Assemblée générale vote en faveur de la résolution ?

Yossi Beilin, ancien ministre israélien de la Justice :

Et bien il est clair qu’il y a une large majorité à l’Assemblée générale qui semble en faveur. Et si un tel vote se produit, je ne crois pas que le gouvernement sera en position de punir qui que se soit, d’annexer des territoires, ou d’autres choses du genre.

Ce que je veux dire, c’est que notre diplomate M. Lieberman dit certaines choses, que si ceci ou cela arrive alors nous punirons le monde.

J’espère que le Premier ministre l’empêchera de faire de telles choses. Je ne pense pas que notre gouvernement ait un arsenal de sanctions dans sa poche.