DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Libye : Paris juge naturel le retard de la formation du gouvernement

Vous lisez:

Libye : Paris juge naturel le retard de la formation du gouvernement

Taille du texte Aa Aa

Des bastions pro-Kadhafi qui résistent, des forces spéciales françaises présumées détenues par des loyalistes et un gouvernement de transition qui a du mal à se constituer du côté des ex-rebelles : la situation en Libye piétine pour les nouvelles autorités.

Ce lundi, les forces du CNT (Conseil national de transition) sont à nouveau entrées à Bani Walid et ont l’intention de libérer en deux jours les partisans du dirigeant déchu, selon un responsable local.

Sur le plan politique, la formation d’un nouveau gouvernement est source de désaccord.

“Nous avons tenu une réunion consultative avec le CNT afin de former un nouveau gouvernement. Nous nous sommes entendus sur un certain nombre de portefeuilles. Mais d’autres doivent encore être débattus”, a déclaré le numéro Deux du CNT, Mahmoud Djibril.

Ce lundi, Paris a jugé ce retard naturel et légitime.

De son côté, Londres affirmait ne pas pouvoir confirmer les déclarations du porte-parole du régime de Kadhafi, selon lesquelles des membres des forces spéciales étrangères, dont deux Britanniques, ont été capturés. D’après Moussa Ibrahim, 17 mercenaires, comme il les appelle, ont été “enlevés à Bani Walid. La plupart d’entre eux sont des Français”.

Avec AFP et Reuters