DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Quelles réactions en Israël face à la demande palestinienne d'un Etat aux Nations Unies ?

Vous lisez:

Quelles réactions en Israël face à la demande palestinienne d'un Etat aux Nations Unies ?

Taille du texte Aa Aa

Avec la demande d’adhésion d’un Etat de Palestine à l’ONU, Israël se retrouve à nouveau en zone de turbulences. Pour comprendre quel est l‘état d’esprit dans le pays, nous rejoignons en duplex de Tel Aviv, Schlomo Brom, expert à l’Institut d‘études sur la sécurité nationale (INSS).

Euronews : En termes de réponses, quels sont les recours qui s’offrent au gouvernement israélien, quelle est sa meilleure option ?

Schlomo Brom : “L’une des approches est de dire : “de toute façon ça ne va pas faire, il ne va pas y avoir de réels changements, que la demande palestinienne aboutisse ou non. Ce que nous avons à faire c’est simplement mentir un peu et ne pas trop réagir. Et puis, il y a la démarche inverse qui prend en compte les différents risques liés à la demande palestinienne. Et certains de ceux qui croient qu’il s’agit d’une menace réelle parle ainsi de punir les Palestiniens pour cette demande”.

Euronews : “Punir dans quel sens?”

Schlomo Brom : “Israël a de nombreuses manières de punir les Palestiniens, par exemple une grande partie de leur budget est basé sur des taxes qui sont perçues par les Israéliens et transférées aux Palestiniens”.

Euronews : Vous avez pris part aux négociations avec les Palestiniens, quelle conséquence peut avoir cette demande sur un éventuel redémarrage des pourparlers de paix entre les deux parties ?

Schlomo Brom : “Eh bien, cela dépend du langage de la demande palestinienne. La demande palestinienne ne comprend que la demande pour la reconnaissance de l’Etat palestinien alors même le Premier ministre Netanyahu est d’ailleurs prêt à avoir un Etat palestinien. Il a déclaré qu’il soutenait la solution de deux Etats. Mais le problème est tout autre si la demande palestinienne est plus détaillée avec des critères pour l’Etat palestinien par exemple un Etat basé sur les frontières de 1967. En Israël, on craint que cela puisse interférer avec la possibilité d’avoir des négociations efficaces avec les Palestiniens parce que les frontières entre les deux Etats doivent être négociés”.

Euronews : Cette démarche pour un Etat palestinien intervient en pleine révolution dans le monde arabe. Comment évaluez-vous la réponse d’Israël à ce printemps arabe? Est-ce un tournant dans les relations régionales ?

Schlomo Brom : “La réponse israélienne à ce jour est selon moi très passive, elle se résume à une attitude celle de dire “Attendons de voir et ce n’est pas le moment de lancer quelque chose ou de faire quelque chose. J’ai peur qu’il s’agisse peut être d’une occasion manquée et surement avec des pays arabes comme l’Egypte”.

M. Brom merci d’avoir répondu à nos questions.