DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Human Rights Watch accuse Frontex

Vous lisez:

Human Rights Watch accuse Frontex

Taille du texte Aa Aa

L’ONG Human Rights Watch estime que l’agence européenne chargée de la surveillance des frontières a été complice de mauvais traitements, en envoyant les migrants interceptés à la frontière entre la Grèce et la Turquie dans des centres de rétention grecs insalubres et surpeuplés.

“ Si Frontex doit être impliquée dans la capture et le transfert de migrants vers des centres de rétention grecs, alors elle doit faire pression sur la Grèce pour élever les standards. Ou alors, elle doit conduire ces migrants dans d’autres pays, les détenir dans les autres pays de la mission. Mais elle ne peut pas juste dire, prenez ces gens, et fermer les yeux sur les conditions abjectes et dégradantes dans lesquelles ils sont détenus “, martèle Red Brody, de Human Rights Watch.

Le rapport vise la mission de Frontex déployée dans la région d’Evros. Les centres de rétention environnants sont saturés et les migrants entassés pendant des semaines, voire des mois, dans des conditions sanitaires déplorables. Pour la Commission, seule la Grèce est responsable :

“ Il faut être clairs. Il n’y a aucune preuve ni aucun indice que des agents et des officiers de Frontex soient accusés de violations des droits de l’Homme ou des droits fondamentaux d’aucun migrant dans l’exercice de leur fonction pendant l’opération en Grèce “ , assure le porte-parole Michele Cercone.

Le renforcement de Frontex. C’est justement l’un des dossiers sur la table des ministres de l’Intérieur. Il y est question de mieux veiller au respect des droits des migrants.