DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grèce : l'automne social s'annonce chaud


Grèce

Grèce : l'automne social s'annonce chaud

Athènes était de nouveau paralysée par la fronde sociale ce vendredi.

Grève des transports public, des taxis, des enseignants et des fonctionnaires… La population exsangue ne digère pas les nouvelles mesures d’austérité annoncées mercredi par le gouvernement. C’est le cas de Maria Prokopiou, travailleuse précaire de 54 ans, privée de salaire depuis quatre mois.

“En ce moment, je n’ai pas du tout d’argent, dit-elle. Comment pourrais-je payer plus ? Toutes ces mesures sont très dures. C’est comme s’ils demandaient aux morts de contribuer !”

Loukas Balomenos a 72 ans, il est retraité et directement touché par le dernier tour de vis :

“ces mesures sont barbares, inhumaines, les plus cruelles qu’on puisse imaginer !” s’insurge-t-il.

Le gouvernement a en effet prévu d’abaisser les retraites, d’augmenter les impôts sur les bas salaires et de réduire les financements publics. Des salariés d’une clinique psychiatrique manifestaient ce vendredi devant le ministère des finances.

Parmi eux, Christina Fotopoulou : “on travaille depuis six ans et on ne nous a pas versé nos salaires depuis six mois !” explique-t-elle.

Au total, 30.000 fonctionnaires seront mis au chômage technique avant la fin de l’année. Tout le secteur débrayera le 5 octobre.

Les syndicats appellent quant à eux à une grève générale de 24 heures le 19.

L’automne social s’annonce chaud en Grèce.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Jour historique pour les Palestiniens, jour à risque pour Israël