Fermer
Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?

Skip to main content

Dernière Minute
  • La Russie va protéger ses citoyens en cas de conflit armé en Transnistrie (vice-Premier ministre via AFP)

Il s’appelle Australopithecus sediba. Il a 1,9 million d’années. C’est un singe avec son petit cerveau, ses longs bras, son corps de chimpanzé. Mais c’est aussi un humain avec ses longs pouces, ses doigts courts, ses chevilles développées et son cerveau de forme humaine.

Australopithecus sediba a été découvert en 2008 en Afrique du Sud. Après 3 ans d‘études, les archéologues révèlent leurs conclusions. Cette espèce pourrait être le chaînon manquant entre l’australopithèque et le genre homo.

Les ossements retrouvés sont en parfait état : crânes partiellement conservés, dentition, bassins, mains, jambes.

“Sans aucun doute, ce sont les squelettes les plus complets jamais découverts d‘êtres humains primaires. Et je pense que cela va bouleverser toutes nos connaissances”, s’enthousiasme l’archéologue Lee Berger.

Les scientifiques sont convaincus que le squelette de cet australopithèque prouve une bipédie plus affirmée que ses ancêtres. Ainsi, sediba était capable de courir. Ses mains lui permettaient aussi de manier des outils, mais aussi de grimper aux branchages pour se nourrir.

“Les origines de notre espèce, les origines de l’humanité sont ici, sur le continent africain”, explique Derek Henkom, adjoint du ministre sud-africain des Sciences et Technologies. “Aujourd’hui nous sommes 7 milliards aux 4 coins de la planète et nous venons tous d’Afrique. Les migrations humaines ont débuté sur le continent noir et toutes nos découvertes nous portent à croire que tout remonte ici, en Afrique, le berceau de l’humanité, quelque part entre le Kenya et la Tanzanie”.

Certains archéologues minimisent cependant cette découverte et la notion de chaînon manquant. Ils pensent que Homo Erectus pourrait être plus vieux que sediba.

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :