DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tension maximale dans le nord du Kosovo

Vous lisez:

Tension maximale dans le nord du Kosovo

Taille du texte Aa Aa

Les Serbes du nord du Kosovo se disent prêts à en découdre pour empêcher le démantèlement des barrages routiers qu’ils ont érigés de manière sauvage sur plusieurs axes secondaires menant à la frontière avec la Serbie. Mardi, plusieurs manifestants ont été blessés dans des accrochages avec des soldats de l’OTAN. En représailles, Belgrade a décidé de suspendre ses négociations avec Pristina, menées sous la houlette de l’UE.

“Les Serbes n’ont pas peur, explique Krstivoje Pantic, leader des Serbes du Kosovo. Le nombre de manifestants présents sur les barrage routiers est plus important aujourd’hui, et ils sont prêts à faire couler leur sang si nécessaire. Nous n’utiliserons pas d’armes ni la force, mais nous ne tomberons pas avant l’ennemi.”

A l’origine de ces tensions, le démantèlement par les soldats de la KFOR d’une barricade érigée par les Serbes, non loin du poste-frontière de Jarinje. Un point de passage sous contrôle depuis vendredi de la police kosovar et de la Mission européenne au Kosovo. Situation inacceptable pour les Serbes qui s’opposent à une tutelle de Pristina.

L’OTAN, qui a renforcé ses positions aux abords de la frontière, se dit déterminé à lever les barricades existantes. Même son de cloche de Hashim Thaci, le premier ministre kosovar.

“Nous allons continuer à démanteler les barricades et aucun obstacle ne pourrait arrêter l’expansion de l’autorité gouvernementale.”

Et c’est dans ce contexte particulièrement tendu que 3 Albanais ont été agressés ce mercredi par un groupe de Serbes à Kosovska Mitrovica. Une ville ethniquement divisée, avec les Serbes au nord, et les Albanais au sud.