Fermer
Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?

Skip to main content

Retour à la “case départ” en Egypte, autrement dit sur la place Tahrir au Caire. Près de huit mois après la chute du président Moubarak, des milliers de manifestants se sont de nouveau massés vendredi dans le centre de la capitale égyptienne. Leur mot d’ordre, “récupérer la révolution” qui, selon eux, leur a été confisquée par le pouvoir militaire de transition. “Nous réclamons que les lois sur l‘état d’urgence soient révoquées, dit un avocat égyptien. Nous demandons aussi que les futures élections législatives ne permettent pas à des candidats issus de l’ancien parti au pouvoir d‘être réélus”.

“Les derniers mois ont inquiété le peuple qui a perdu la foi en ce Conseil militaire au pouvoir, estime une Egyptienne. Et il pourrait bientôt perdre confiance envers le Premier ministre”.

Le chef du Conseil suprême des forces armées, le maréchal Tantaoui, n’est autre que l’ancien ministre de la Défense. Il est resté aux côtés de Hosni Moubarak pendant vingt ans. Les Egyptiens qui ont renversé le régime l’accusent désormais de retarder volontairement le retour à un pouvoir civil.

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :