DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Marée rouge en Hongrie : un an après, l'économie l'emporte sur l'écologie

Vous lisez:

Marée rouge en Hongrie : un an après, l'économie l'emporte sur l'écologie

Taille du texte Aa Aa

Un an après la marée rouge meurtrière de Kolontar en Hongrie, la dépollution touche à sa fin.

Mais Budapest ne semble pas avoir tiré les leçons de la catastrophe. Les résidus toxiques de la fabrication d’aluminium sont toujours entreposés sur les bords du Danube, sous forme soit de boues soit de poussières.

“La région est pleine d’entrepôts de déchets toxiques, légaux ou illégaux, ce qui constitue une menace pour l’environnement et la population, s’insurge, Balazs Tomori, militant de Greenpeace. Donc ils n’ont pas fait un bon travail de prévention, ils ont seulement fait un bon travail de nettoyage.”

Condamnée à une amende de 472 millions d’euros, Hungarian Aluminium, l’entreprise à l’origine du désastre, refuse de payer. Le gouvernement ne veut pas sévir.

Le secrétaire d’Etat à l’Environnement, Zoltan Illés, explique :“il est dans l’intérêt du gouvernement hongrois que cette compagnie, privée ou nationalisée, continue à tourner pour deux raisons : primo, les 6.000 emplois qu’elle assure, secondo, sa part de marché à l‘échelle européenne et mondiale, qui est de 4%.”

Le 4 octobre 2010, le réservoir de Kolontar avait cédé, déversant des centaines de milliers de mètres cubes de boues rouges corrosives sur une dizaine de kilomètres carrés. Le plus grave accident industriel de l’histoire de la Hongrie avait fait dix morts.