DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

New York : les manifestants anti-crise dénoncent les violences policières

Vous lisez:

New York : les manifestants anti-crise dénoncent les violences policières

Taille du texte Aa Aa

Colère et indignation dans les rangs du mouvement “Occupy Wall Street”.

Plus de 700 de ses militants ont été arrêtés samedi soir à New York pour avoir bloqué la circulation sur le pont de Brooklyn et avoir manifesté sans autorisation. La plupart ont été relâchés après avoir reçu une citation à comparaître.

Le mouvement “Occupy Wall Street”, qui s’insurge contre le diktat de la finance, campe depuis quinze jours à deux pas de Ground zero. Ses membres se sont juré d’y rester tout l’hiver.

Les tensions avec la police sont apparues il y a une semaine après l’arrestation de 80 militants, qui a donné lieu vendredi à une manifestation de protestation. Le mouvement dénonce une violence gratuite.

“Ils sont arrivés en tenue anti-émeute, matraquant sans raison, et ils ont commencé à cueillir les gens en première ligne, témoigne David Cancino, un manifestant. Tous les noirs et bronzés qui se trouvaient devant étaient automatiquement jetés au sol. Si votre visage était couvert d’un bandana, même si vous faisiez le signe de paix, ils vous plaquaient au sol.”

Les images de la répression policière ont fait le tour du net, nourrissant une vague de sympathie pour les manifestants.

La mobilisation des New-Yorkais commence ainsi à faire des émules à travers les Etats-Unis. Ce samedi, des manifestations anti-crise ont eu lieu à Boston, Denver, Chicago, San Francisco et Los Angeles.

“Occupy Wall Street” a aussi reçu le soutien des syndicats des enseignants et des transports.

il faut dire que ses combats sont fédérateurs en ces temps difficiles : il s‘érige en effet contre les saisies immobilières, le chômage et le renflouement des banques.